Carte postale de… la Celle-les-Bordes

Nicolas Théodet

Durant cet été 2020, nous vous proposons des cartes postales yvelinoises. Villes ou villages, c’est l’occasion de découvrir le département qui vous entoure sous un nouveau regard, c’est parti !  A la sortie de la Vallée de Chevreuse, en direction de Rambouillet, le village de la Celle-les-Bordes semble se cacher aux creux des vallons yvelinois. […]

Cet article fait partie du dossier: Cartes postales des Yvelines

Durant cet été 2020, nous vous proposons des cartes postales yvelinoises. Villes ou villages, c’est l’occasion de découvrir le département qui vous entoure sous un nouveau regard, c’est parti ! 

Carte postale de la Celle-les-Bordes © CD78 / N.Theodet

A la sortie de la Vallée de Chevreuse, en direction de Rambouillet, le village de la Celle-les-Bordes semble se cacher aux creux des vallons yvelinois. Entre châteaux et forêt, le village cache une histoire très ancienne.

Un peu d’histoire

Avant que la ville ne soit connue pour être le fief de la famille de Harville, une vie millénaire s’étend ici. C’est en 557 que Saint Germain, évêque de Paris, fonde un monastère sur le terrain que lui cède le roi Childebert Ier. Le nom de Celle vient alors du latin Cella qui désigne un monastère sur une terre. Il se marie avec le nom de Les Bordes, signifiant hameau et se trouvant à quelques encablures, d’où le nom de la Celle-les-Bordes.

Ancien château fort des Bordes dont il ne reste que l’entrée et les deux tours. © CD78 / N.Theodet

Mais du fait de son isolement en pleine période féodale, la commune qui porte alors le nom de La Celle-Saint-Germain ou de la Celle-en-Yvelines, va petit à petit tomber dans l’oubli jusqu’au 14e siècle et l’acquisition du territoire par Pierre de Harville. C’est là que sa famille, trois siècles plus tard érigea le château encore visible aujourd’hui.

Celui-ci passa pourtant dans de nombreuses mains. Et aujourd’hui, c’est Thierry Gobet, petit-fils du fondateur du laboratoire Innothéra, qui est propriétaire de l’édifice.

Quelques chiffres 

10 lieues : c’est la distance qui sépare la paroisse de Paris. La plus éloignée du diocèse. La Celle était en fait une enclave au sein du diocèse de Chartres. Mais dédiée à Saint Germain, protecteur de la capitale, il était évident que l’édifice soit géré par le diocèse parisien.

2 400 : c’est le nombre de bois de cerf que renferme le château. Au 19e siècle, alors qu’il était la propriété de la Duchesse d’Uzès, la bâtisse abritait une équipe de chasse à courre composée de 60 chiens. 

1 : La Celle-les-Bordes accueille le tracé du GR1 (Grande Randonnée), connu de tous les passionnés de marche à pied. Celui fait le tour de Paris et part de la porte Maillot. Dans les Yvelines, il rejoint la forêt de Marly à celle de Rambouillet.

Que visite-t-on à la Celle-les-Bordes ?

Collection des bois de cerfs au château de la Celle-les-Bordes © J.Raibaud – CDT78

Le château de la Celle-les-Bordes et son parc se visitent sur rendez-vous. Au coeur de cet édifice, une fabuleuse architecture Louis XIII et un mobilier de Renaissance française et italienne.

L’Eglise de la commune a subi de nombreux dégâts durant la Guerre de Cent Ans et les Guerres de Religion. Cependant, elle conserve son authenticité grâce aux habitants qui, depuis des siècles, se sont mobilisés pour la sauver. On peut encore aujourd’hui apercevoir le mélange de style roman et gothique de l’abside.

Le château des Bordes se trouve lui sur les hauteurs. Il ne subsiste que deux tours et la porte d’entrée de cette gigantesque bâtisse.