Fête de la musique : la plaY’list des Yvelines

Qu’ont en commun Georges Bizet, Yannick Noah, Hoshi et La Fouine ? Tous exercent (ou ont exercé) dans le domaine musical et tous ont un lien fort avec les Yvelines. Alors, à l’occasion de l’annuelle Fête de la Musique, nous vous proposons une playlist des Yvelines, pour tous les goûts et toutes les envies.

Airs de musique, Yvelines classiques

« L’amour est enfant de bohème, il n’a jamais jamais connu de loi. Si tu ne m’aimes pas je t’aime et si je t’aime prends garde à toi ».

Vous reconnaissez ces paroles ? Vous avez l’air en tête ? Sans doute ! Car il s’agit là du prélude d’un des plus célèbres opéras de l’histoire de la musique : Carmen, du compositeur Georges Bizet.

Dans les Yvelines, la musique classique a su se faire une place. De Bougival chez Georges Bizet jusqu’à Monfort-l’Amaury chez Maurice Ravel et son Boléro, en passant par Saint-Germain-en-Laye chez Claude Debussy : les airs classiques ont rythmé le territoire yvelinois au « clair de lune ».

Variété et rythmes de l’été

De Rambouillet au château de Bourdonné en passant par Galluis, Charles Aznavour aura sillonné les Yvelines et c’est près de Montfort-l’Amaury qu’il s’établit pendant de nombreuses années, choisissant le calme d’un joli domaine de prestige en lisière de la forêt de Rambouillet, pour se reposer et composer.

Georges Brassens, photographié en avril 1964 par Jean Lattès. C’est au moulin de la Bonde, au bord du ru de Gally, à Crespières dans les Yvelines que Brassens a élu domicile à partir de 1958.
[© Fonds Lattès, Archives départementales des Yvelines]

Ce n’est pas le seul artiste à avoir choisi un pied-à-terre yvelinois pour se ressourcer et trouver l’inspiration.

  • Georges Brassens retrouvait ses « copains d’abord » à Crespières,
  • Catherine Lara a fait résonner son violon aussi bien à Poissy qu’à Versailles et aujourd’hui à Montainville (comme Bourvil),
  • Véronique Sanson passe sa « drôle de vie » à Triel-sur-Seine,
  • Sheila n’a pas oublié ses copains, qu’elle a invité dans les maisons qu’elle a occupées aussi bien à Feucherolles, Gressey, Garancières et aujourd’hui Flexanville !
  • C’est aussi à Feucherolles qu’a élu domicile un autre chanteur : Yannick Noah. Il aime y vivre dans une demeure cossue au milieu des « arbres, citoyens« . Cela lui permet aussi d’être plus près des golfs (nombreux dans les Yvelines) lui qui aime pratiquer ce sport.

Les Yvelines au top de la pop

La Fête de la Musique marque le début de l’été.

Serait-ce un « été français » chanté pour Indochine par Nicola Sirkis qui vit à Versailles ?

L’été se passera-t-il en solo, sur la plage, à draguer les nuages comme pour Juliette Armanet qui a vécu son enfance au Pecq ? Si c’est un été à la mer, le mieux sera de choisir un look en marinière, comme pour Hoshi, artiste engagée aux airs engageants qui est née à Versailles et a vécu à Montigny-le-Bretonneux. Elle a d’ailleurs dédié sa chanson « SQY » à Saint-Quentin-en-Yvelines :

« Mon Île-de-France n’a pas d’palmiers
Ni d’pistes de danse pleines à craquer
Ça fait un bail que j’n’ai pas dit
Mais SQY tu fais partie d’ma vie » – Hoshi

Ou alors partirez-vous « vers les ourses polaires » comme Tim Dup, ce jeune auteur compositeur et interprète né à Rambouillet ?

Enfin, vous pouvez choisir simplement une visite du Château de Versailles comme le groupe de musique électronique et pop rock versaillais, Phoenix, dont le clip « A Take Away Show » a été tourné dans l’enceinte du domaine royal. Et l’électro n’a pas fini de retentir dans les rue de Versailles puisque les groupes Air, Saint Michel et Etienne de Crécy y ont également fait leurs armes !

Rap, R’n’B et street credibilitY’

Du plus discret et poétique Gaël Faye qui grandit quartier Porchefontaine à Versailles, au plus télévisuel, Hatik, Guyancourtois à l’affiche de la série « Validé » sur Canal+, les rappeurs Yvelinois ancienne et nouvelle génération ont su sortir leur épingle du jeu. Dans la même veine urbaine on note aussi la présence de La Fouine et Shy’m qui viennent tous les deux de Trappes et de Bosh (aussi à l’affiche de la série « Validé »), originaire de Plaisir.

« Mon premier groupe s’appelait BLK et il y avait que des gars de chez moi qui venaient de Plaisir. C’est que des bons souvenirs, des bons délires et des bonnes expériences » explique Bosh dans une interview.

Plus récemment et plus rural qu’urbain, le trio 47Ter originaire de Bailly (leur nom 47Ter est d’ailleurs une référence à l’adresse du Théâtre de Bailly, leur QG) s’est fait connaître sur YouTube pour ses vidéos « On vient gâcher tes classiques« . Depuis ils ont sorti leur premier album en 2019 et ont fait une collaboration avec Patrick Bruel et une reprise de Francis Cabrel. Un mélange des genres qui fonctionne !