Joséphine Baker, une queen du swing au Vésinet

Larédaction

Chanteuse, danseuse, meneuse de revue et comédienne, Joséphine Baker est la première vedette noire accueillie en France, mais saviez-vous que la star avait vécu 18 ans dans les Yvelines ?

Joséphine Baker

Joséphine Baker © Wikipédia

Des débuts difficiles

De son nom de jeune fille Freda Joséphine Mac Donald, l’artiste naît le 3 juin 1906 à Saint-Louis dans le Missouri, de parents désargentés. Elle quitte l’école à 12 ans et se marie un an après. Elle débute sa carrière professionnelle en cumulant un emploi de serveuse et de chanteuse de rag-time dans un petit théâtre de Saint-Louis. Rapidement séparée de son premier mari, elle se remarie en 1921 avec William Baker, dont elle divorce en 1923, tout en conservant son nom.

Une star montante à Paris

À 16 ans, elle gagne un concours et monte à New-York, séduisant bientôt Broadway avec ses premiers numéros musicaux, chorégraphiques et comiques tout à la fois. Son nom commence à de venir célèbre. En 1925, elle débarque à Paris pour participer à la « Revue nègre » qui se tient au Théâtre des Champs-Élysées. Son apparition sur scène subjugue et fait scandale. En dix semaines elle conquiert le Tout-Paris et devient la première grande star noire de la capitale.

Une femme engagée

En 1937, elle épouse un industriel français juif, Jean Lion, et prend la nationalité française. Elle entre dans la Résistance lors de la Seconde Guerre Mondiale et joue un rôle important dans les services de contre-espionnage, avant de militer contre les discriminations raciales et pour les droits civiques des Noirs. 
Ne pouvant avoir elle-même d’enfants, elle crée avec son dernier mari la « Tribu Arc-en-Ciel » en adoptant douze enfants orphelins d’origines différentes hébergés au château des Milandes à Castelnaud, en Dordogne.
Elle décède à Paris le 12 avril 1975 victime d’une hémorragie cérébrale. La République française décrète des funérailles nationales.

Un léopard à la « Villa Beau-Chêne »

Joséphine Baker a vécu de nombreuses années (de 1929 à 1947) au Vésinet dans la « Villa Beau-Chêne« , 52 avenue Georges Clémenceau.
Elle y était entourée de nombreux animaux parmi lesquels un léopard et plusieurs singes.