Concours d’éloquence des collèges : donner le goût du débat  

SandrineGAYET

La finale du concours d’éloquence des collèges approche. Organisé par le Département des Yvelines, le concours permet à des élèves de 3e, aidés par des coaches en improvisation théâtrale, d’acquérir les clés du débat, de l’argumentation, pour convaincre un jury. Un exercice qui renforce aussi la confiance en soi. Les élèves adorent.

Atelier concours d’éloquence au collège Pierre de Nolhac à Versailles. Photo : SG/CD78

Après une première édition expérimentale en 2021 et un succès manifeste auprès de 4 collèges ayant pris part à l’expérience, le concours d’éloquence, initié par le Département des Yvelines, prend cette année de l’ampleur et vise l’ensemble des établissements du territoire.
Le 10 mai 2022, 380 élèves de 3e, issus de 14 collèges volontaires du département, discourront, sur la scène du théâtre Gérard Philippe à Saint-Cyr-l’École, sur le thème des réseaux sociaux.

Pas facile de convaincre

« Au début, c’était la « gênance », maintenant ça va bien. C’est inattendu, extra et plutôt drôle !»,
déclarent plusieurs jeunes dans leur jargon.

Par « gênance », mot en vogue apparemment dans les collèges, ils veulent dire qu’ils n’étaient pas du tout à l’aise pour s’exprimer devant leurs pairs. Tête dans les épaules, débit trop rapide, discours peu audible, posture trop statique ou au contraire trop en mouvement… avec Sophie et Babeth tout cela a été analysé et travaillé. Aujourd’hui, ils veulent tous participer aux duels oratoires. De la « gênance » à l’aisance, les ateliers d’éloquence sont donc passés par là.

Sophie et Babeth, coaches en improvisation théâtrale, agence Improactif. Photo : SG/CD78

Pour Sophie Puechmaille et Elisabeth Cortel-Pereira, alias Babeth, coaches de l’agence Improactif, le travail mené avec les jeunes est passionnant et leurs progrès remarquables.

« Nous semons des graines qui vont fleurir. Chaque atelier révèle de plus en plus l’aisance acquise, une confiance en eux que tous n’avaient pas au début »

Au collège Pierre de Nohlac à Versailles nous avons rencontré une équipe qui se prépare au concours du 10 mai.

Atelier concours d’éloquence au collège Pierre de Nolhac à Versailles. Photo : SG/CD78

Les élèves sont assidus, concentrés, prêts à en découdre dans une sympathique joute verbale. Ils aiguisent leurs armes pour la bataille à venir : trouver les bons mots, les arguments imparables, les silences parlants, pour in fine, convaincre l’auditoire.
Premier exercice d’échauffement, le télé-achat. Quelques minutes pour être suffisamment convaincant et parvenir à vendre un radiateur, une guitare, une voiture, une montre, une brosse à dent ou un lit. Les élèves se piquent au jeu et leurs prestations sont drôles. Un exercice de libre expression et surtout, de créativité.

Viennent ensuite deux épreuves qui seront en compétition le jour J :

  • l’argumentaire : « Eteindre son portable, une vraie liberté ? »
  • le duel : « Réseaux sociaux : information ou désinformation » ou encore « Les réseaux sociaux nous rendent-ils malheureux ? ».

A tour de rôles, les orateurs se lancent : ils argumentent, rebondissent sur un propos, s’entraident pour combler les vides… « Ils apprennent à écouter et à construire leur pensée, leur argumentaire. »

Donner le goût de parler en public

Renforcer la confiance en soi, donner le goût de la prise de parole en public, apprendre à écouter, à débattre, cela s’apprend. Et au-delà de la finale, cela leur rendra service au grand oral du Bac et après, dans leurs études ou lorsqu’ils devront présenter des projets professionnels ou convaincre un recruteur.

« Je suis plutôt super réservée.  Ma prof m’a poussée à participer au concours. J’adore. Je dois encore oser parler un peu plus fort mais je n’ai plus peur de m’exprimer devant les autres »,

conclut une collégienne.

Les collèges qui participent à au concours d’Eloquence 

Les Trois Moulins de Bonnelles
René Cassin à Chanteloup-les-Vignes
Auguste Renoir à Chatou
Pierre de Coubertin à Chevreuse
Léonard de Vinci à Ecquevilly
Descartes à Fontenay-le-Fleury
François Mauriac à Houdan
Anatole France aux Clayes-sous-Bois
Jean Vilar aux Mureaux
Jean Jaurès à Poissy
Catherine de Vivonne à Rambouillet
Louis Paulhan à Sartrouville
Pierre de Nolhac à Versailles
Jean Philippe Rameau à Versailles