Santé mentale : un des droits fondamentaux de l’enfant

Sandrine GAYET

L’Institut du Psychotraumatisme de l’Enfant et de l’Adolescent, porté par les Conseils Départementaux des Yvelines et des Hauts-de-Seine et du Centre Hospitalier de Versailles va ouvrir prochainement.
L’équipe souhaite sensibiliser le grand public à l’occasion de cette journée mondiale de l’enfance.

Cet article fait partie du dossier: Enfance : Tout faire pour renforcer l’égalité des chances

L’Institut du Psychotraumatisme de l’Enfant et de l’Adolescent, porté par les Conseils Départementaux des Yvelines et des Hauts-de-Seine et du Centre Hospitalier de Versailles va ouvrir prochainement. L’équipe souhaite sensibiliser le grand public à l’occasion de la journée mondiale de l’enfance.

Le 20novembre marque la Journée mondiale des droits de l’enfant. A cette occasion, les experts de L’institut de Psychotraumatisme de l’Enfant et de l’Adolescent, basé à Versailles, souhaitent sensibiliser le grand public à la santé mentale des jeunes. Photo : Nicolas Duprey/CD78

En effet, appartenant au réseau de soins des départements des Yvelines et des Hauts-de-Seine, en lien étroit avec leurs services d’Aide Sociale à l’Enfance, et ayant une expertise du soin du psychotraumatisme, l’Institut s’exprime sur l’un des droits fondamentaux de l’enfant : la santé mentale.

Rencontre avec le Dr Anaelle Klein, pédopsychiatre, et Madame Amandine Pain, psychologue coordinatrice.

Qu’entend-on par psychotraumatisme ?

Le psychotraumatisme est une blessure psychique causée par un évènement violent, au point qu’il entraine une sensation de mort. Cet évènement peut être soudain ou répétitif et s’accompagne d’un sentiment de peur intense : l’effroi.

Quelles conséquences sur la santé mentale et physique chez l’enfant ?

Si l’enfant peut mettre du sens à ce qu’il a vécu, les conséquences peuvent être minimes. En revanche, si ce n’est pas possible, l’enfant peut changer de comportement. Les symptômes sont différents selon l’âge : des conduites d’évitement (les lieux, les personnes rappelant l’évènement), de répétition (cauchemars intenses, peur qui dure, …), un changement d’humeur (tristesse, colère, anxiété…) et aussi des douleurs physiques sans explication (mal de ventre, mal de tête, eczéma, …). L’enfant est en construction, il est donc important que ces symptômes ne viennent pas perturber son développement.

Pourquoi la prise en charge dès le plus jeune âge est-elle si importante ?

Cette période de développement est propice à une grande vulnérabilité. L’entourage, lui-même, peut être affecté et ne pas percevoir les signes ou les banaliser, pensant que l’enfant est trop petit. Or, tout le monde peut être touché par un psychotraumatisme. En effet, les bébés, très sensibles à leur environnement, au langage et aux réactions des adultes qui prennent soin d’eux, vont aussi exprimer cette blessure à leur manière.

Comment allez-vous prendre en charge un enfant souffrant d’un psychotraumatisme ?

Les professionnels de soin aident l’enfant et son entourage à mettre du sens dans l’expression et la construction du récit de l’évènement douloureux. L’enfant doit pouvoir évoluer dans un environnement sécurisant et stable. Pour cela, une équipe pluridisciplinaire composée d’éducateur spécialisé, pédopsychiatre, assistante sociale, infirmière puéricultrice, secrétaire médicale et de psychologue travaille auprès de l’enfant dans sa globalité.

Quels sont les besoins fondamentaux de l’enfant ?

Le respect des besoins primaires de l’enfant (alimentation, sommeil, propreté) est nécessaire avant tout, ainsi que le droit aux soins de santé.

Pour se construire, l’enfant a aussi besoin de se sentir aimé pour être en sécurité dans le monde qui l’entoure. En effet, il est vital pour lui d’être valorisé et protégé tout en comprenant les limites posées par les adultes. L’enfant s’appuie sur les représentations de ceux qui s’occupent de lui et aussi sur le récit de son histoire.
Grâce à cette journée mondiale de l’enfant, nous saisissons l’opportunité de vous sensibiliser sur l’importance de prendre en charge le psychotraumatisme de l’enfant dans une vision globale de ses besoins.