Psycho-traumatisme chez l’enfant : bientôt un centre dans les Yvelines

Larédaction

Vendredi 17 avril 2020, les conseillers départementaux des Yvelines ont voté la mise en place d’un groupement d’intérêt public (GIP) avec les Hauts-de-Seine et le Centre hospitalier de Versailles, établissement support du GHT 78 Sud, en prévision de la création d’un centre de prise en charge du psycho-traumatisme chez l’enfant. Ce centre s’inscrit dans le cadre des missions de prévention et de protection de l’enfance des deux Départements.

Les Départements des Yvelines et des Hauts-de-Seine ont posé un constat : si les enfants confiés aux services de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) bénéficient d’une prise en charge socio-éducative et matérielle dans le cadre des mesures de placement, ils ne sont pas suivis autant qu’il conviendrait de le faire au plan psychologique et médical.

Un manque de prise en charge psychiatrique constaté

Psycho-traumatisme chez l’enfant © Pixabay

Sur les territoires yvelinois et alto-séquanais, 16 720 enfants ont bénéficié d’une mesure d’aide à l’enfance ou d’un placement en 2018, et seuls une minorité d’entre eux ont été pris en charge par un pédopsychiatre ou un psychologue (12%, soit environ 835 enfants, pour les Yvelines).

Or, la grande majorité des enfants pris en charge par les services de l’ASE ont souvent eu à souffrir ou à être témoins de négligence, de violence voire d’abus et sont donc particulièrement exposés à un risque de traumatisme psychique.

Jusqu’à présent, aucune structure ou dispositif de prise en charge de ces psycho-traumatismes pour les enfants existaient sur les deux territoires départementaux. Ils sont d’ailleurs extrêmement rares sur le territoire national.

Un centre pour mieux accompagner les enfants 

Forts de ce constat, les deux départements ont mobilisé, de mai à septembre 2019, une quarantaine d’acteurs représentatifs du territoire, et appartenant à différentes disciplines (professionnels de l’ASE, pédopsychiatres des inter-secteurs, psychologues, associations, experts…), afin d’évaluer plus précisément les carences – et donc les besoins – de suivi psychologique et médical de ces enfants.

La création d’un centre de prise en charge du psycho-traumatisme chez l’enfant a été décidée par les élus des Yvelines et des Hauts-de-Seine, en lien avec les équipes médicales du Centre hospitalier de Versailles. Lancés fin 2019, les travaux de définition du centre sont co-pilotés par le Professeur Mario Speranza (pédopsychiatre, chef du service universitaire de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent du Centre hospitalier de Versailles) afin de proposer un accompagnement médical spécifiquement adapté aux enfants atteints de psycho-traumatisme, tout au long de leur parcours de prise en charge. Il viendra pallier ces failles relevées localement mais aussi plus globalement sur l’ensemble du territoire français.

Futur centre de prise en charge du psycho-traumatisme chez l’enfant © CD78 / N.Duprey

Ce centre aura vocation à :

  • Accompagner l’enfant victime de psycho-traumatisme à travers la détection, la prévention, l’évaluation, la prise en charge et le suivi de son parcours et du projet global de prise en charge ;
  • Offrir une prise en charge immédiate et brève et coordonner un suivi sur plus long terme avec les partenaires du territoire ;
  • Assurer la pluridisciplinarité et la coordination des prises en charge thérapeutiques, parathérapeutiques – notamment éducatives – et sociales ;
  • Assurer une mission de formation, de sensibilisation des professionnels et des familles, ainsi que de soutien à la recherche sur le psycho-traumatisme, et ce afin d’enrichir les pratiques de prise en charge au sein du centre, mais également au niveau des territoires interdépartementaux ;
  • Contribuer aux travaux de recherche au niveau national.

« Nous considérons que notre mission de protection de l’enfance a évolué. Nous sommes passés d’une vision productiviste archaïque où notre objectif était d’accueillir, nourrir, habiller et loger l’enfant, à une logique d’accompagnement qui aidera ces enfants à sortir système dans de meilleures conditions qu’ils n’y sont entrés » a déclaré Pierre Bédier pendant la séance départementale.

« Jusqu’à présent les enfants étaient suivis de manière un peu désordonnée par manque de moyens humains. L’idée avec ce centre c’est d’élargir et de coordonner la prise en charge pour garantir un meilleur accompagnement de ces enfants » a précisé Olivier Lebrun, conseiller départemental des Yvelines délégué à la famille.

Il est à noter que le centre situé prochainement à Versailles, sera le pivot d’un réseau de structures existantes ou futures réparties sur le territoire interdépartemental voire au-delà.