Espaces sensibles : ouvrir la nature à la population

Ludovic Vincent

Les Yvelines comptent 70 espaces naturels sensibles (ENS) dont une vingtaine font l’objet d’un programme de valorisation pour l’accueil du public et l’écologie.

Cet article fait partie du dossier: La nature s’invite en ville
Parc du Peuple de l'herbe - Carrières-sous-Poissy

Site du Parc du Peuple de l’herbe en chantier vu depuis les hauteurs de Villennes-sur-Seine.

De la forêt de Pinceloup (Clairefontaine) au bois de Sainte-Apolline (Plaisir), en passant par le site de Port-Royal (Magny-les-Hameaux) et jusqu’au Bout du Monde (Épône), les Yvelines comptent 70 espaces naturels sensibles (ENS) dont une vingtaine font l’objet d’un programme de valorisation pour l’accueil du public et l’écologie. Premier département à adopter un schéma des espaces naturels, dès 1994, les Yvelines mènent une politique d’acquisition pour préserver ces espaces et les ouvrir au public, sauf lorsque le milieu naturel est trop fragile.

70 000 hectares de surfaces boisées

2 850 ha ont ainsi été acquis par le Département depuis 1990, à l’image du bois du Rocher à Jouy-en-Josas (7,6 ha) ou, plus emblématique encore, des 113 ha du Parc du Peuple de l’Herbe à Carrières-sous-Poissy. Ce dernier illustre l’orientation prise par le Conseil départemental : offrir des espaces de pleine nature aux populations les plus carencées, en particulier dans les secteurs urbains et périurbains. Etilyadelamarge puisque 85 % du territoire yvelinois est composé d’espaces naturels et agricoles, dont 70 000 ha de surfaces boisées. Il est à noter que le Département finance également l’Office national des forêts pour améliorer l’accueil du public dans les forêts domaniales.

 

 

Des liaisons douces pour mieux visiter

Liaisons douces et espaces naturels sensible

Balade à vélo du côté de Chevreuse. Photo : CD78/N.Duprey.

Si le vélo est désormais intégré dans tous les projets d’aménagement routier comme un moyen de transport à favoriser, il reste avant tout le plus adapté à la promenade bucolique. C’est pourquoi le Département développe les itinéraires Véloroutes Voies vertes sur son territoire comme il l’a fait pour les itinéraires de randonnées pédestres ou équestres.

Les aménagements autour de l’axe Seine sont particulièrement privilégiés pour, à terme, créer une liaison continue des Hauts-de-Seine à la Normandie. Les projets de passerelle pour piétons et vélos entre Mantes-la-Jolie et Limay, et entre Poissy et Carrières-sous-Poissy, entrent dans ce chemin de Seine à développer en partenariat avec le SMSO (syndicat d’aménagement des berges).