Le bois s’enracine dans l’habitat

Sandrine GAYET

Le coût de l’énergie et la législation favorisent l’émergence de nouvelles pratiques en matière de construction. Le Département encourage le développement des écomatériaux comme le bois, une filière à fort potentiel sur notre territoire.

Cet article fait partie du dossier: La nature s’invite en ville
materiaux construction

À Versailles, la résidence étudiante « La Fresque », financée pour partie par
le Département, est dotée d’une structure et d’un habillage de façade en bois. Photo : CD78/N.Duprey.

La meulière orangée et le gypse blanchâtre forgent depuis le XIXe siècle la personnalité du bâti des Yvelines qui n’avait qu’à puiser dans les sols pour les extraire. Aujourd’hui, c’est le bois qui tend à prendre racine dans nos constructions et réhabilitations de bâtiments. La filière est prometteuse − notamment en Val de Seine − non seulement pour ce qu’elle apporte à l’écoconstruction mais aussi en termes d’emplois nouveaux.

Ici et là, des toitures végétalisées, des façades en bardeaux, des ossatures boisées. Du pavillon au centre commercial Marque Avenue, en passant par une résidence versaillaise pour étudiants ou la piste du Vélodrome national de Saint-Quentin- en-Yvelines, le bois habille les constructions. C’est design mais surtout naturel, renouvelable, et fait chuter les factures d’énergie.