Les Yvelines, terre de vélo

Ludovic Vincent

Les Championnats de France de cyclisme sur route, organisés à Mantes-la-Jolie du 28 juin au 1er juillet, vont mettre en lumière un territoire amoureux du vélo. Où les acteurs locaux favorisent son essor sous toutes ses formes. Dimanche 1er juillet, près de 1,5 million de téléspectateurs vont regarder l’épreuve phare des Championnats de France de cyclisme […]

Cet article fait partie du dossier: Les Yvelines, terre de vélo

Les Championnats de France de cyclisme sur route, organisés à Mantes-la-Jolie du 28 juin au 1er juillet, vont mettre en lumière un territoire amoureux du vélo. Où les acteurs locaux favorisent son essor sous toutes ses formes.

Dimanche 1er juillet, près de 1,5 million de téléspectateurs vont regarder l’épreuve phare des Championnats de France de cyclisme sur route : la course en ligne des hommes (et 750 000 téléspectateurs pour les femmes le samedi). C’est un rendez-vous qui rassemble les passionnés de cyclisme et de sport en général chaque année, quelques jours avant le début des vacances estivales et du départ du Tour de France.

Pour la première fois, l’événement se déroule à Mantes-la-Jolie. Le Conseil départemental a relevé le défi proposé par la Fédération Française de Cyclisme : organiser les championnats de France sur route dans les Yvelines. Trois circuits ont été élaborés autour de Mantes-la-Jolie pour les courses en ligne des hommes et des femmes et les épreuves chronométrées (tout le programme se trouve dans le cahier central).

« Traversé par les itinéraires de la Véloscénie (Paris – Le Mont-Saint-Michel) et de l’Avenue verte (Paris – Londres), le Département compte 860 km de voies cyclables. L’image des Yvelines s’associe naturellement au cyclisme, ce sport populaire et exigeant. »

annonce Alexandre Joly, Vice-président délégué aux sports.

Une épreuve organisée à Rambouillet de 1907 à 1927

Alors que l’épreuve était organisée chaque année à Rambouillet de 1907 à 1927, elle n’est plus revenue en Île-de-France depuis 1997 (Linas-Montlhéry).« Accueillir ces Championnats de France renforce notre statut de département du “vélo“  », explique Pierre Bédier, le Président du Conseil départemental :

« Avec le Vélodrome National à Saint-Quentin-en-Yvelines, le Tour de France qui revient dans les Yvelines le 29 juillet avec le départ de la dernière étape de Houilles vers Paris, avec Paris-Nice que nous accueillons depuis 2010 (et au moins jusqu’en 2021), sans oublier les Jeux Olympiques en 2024, le cyclisme a trouvé son terrain de jeu en Île-de-France. Le vélo, ce sport de plein air praticable partout et par tous, est un vecteur d’image qui correspond bien à ce que sont les Yvelines : un département tourné vers la qualité de vie, le prestige de ses grandes villes, le bonheur de ses villages et la beauté des paysages. »

« Une course très ouverte mais piégeuse »

Les Yvelines, terre de vélo © CD78/N.DUPREY

Les Yvelines, terre de vélo © CD78/N.DUPREY

« Pour une fois, les Franciliens vont jouer dans leur jardin. Pour la motivation, ça change tout. Il n’y a qu’à voir celle des coureurs belges ou hollandais quand on dispute leurs “classiques“ », s’est réjoui Yoann Offredo, le coureur de l’équipe Wanty-Groupe Gobert originaire de Savigny-sur-Orge, (Essonne) lors de la présentation des circuits à la presse, en avril. Son collègue Kevin Reza (Vital Concept), né à Versailles il y a trente ans, s’attendait à un circuit tracé en vallée de Chevreuse, sur les routes les plus connues des cyclistes du dimanche, mais il reconnaît être « agréablement surpris par le parcours. Il y a beaucoup de relances, des carrefours, quelques bosses… Il faudra être très attentif ». Cyrille Guimard, le sélectionneur national, prédit d’ailleurs « une course très ouverte, sans difficulté majeure mais piégeuse, que 70 à 80 % des coureurs engagés peuvent gagner ». Et ainsi succéder à Arnaud Démare (Groupama-FDJ), le tenant du titre.

Près de 50 000 spectateurs sont attendus sur les 21,3 km du circuit de l’épreuve en ligne des hommes qui passe par les rues étroites de Fontenay-Saint-Père et Follainville-Dennemont. Parmi eux, Laurent, habitant de Cernay-la-Ville, « au cœur des meilleurs parcours d’Île-de-France ». Ce jour-là, il assiste à la « Jean Racine », cette grande fête du vélo organisée à Saint-Rémy-les-Chevreuse mi-avril, l’un des nombreux événements dédiés à la petite reine dans les Yvelines.

« Chaque année, on va au départ de Paris-Nice. Je ne suis pas supporteur d’un coureur en particulier mais j’aime regarder passer les vélos. C’est un sport magnifique »

explique ce pratiquant de vélo sur route et de VTT, accompagné de ses fils de 10 et 12 ans mais « non licencié » dans un club, qu’il soit affilié au comité départemental de cyclisme (1 900 licenciés) ou de cyclotourisme (3 500 licenciés).

Un sport-santé qui intéresse les acteurs locaux

Les Yvelines, terre de vélo © CD78/N.DUPREY

Les Yvelines, terre de vélo © CD78/N.DUPREY

Ils sont nombreux comme lui à pratiquer en toute liberté ce sport-santé qui intéresse tant les acteurs locaux. Le Parc Naturel Régional du Vexin français lance par exemple, en septembre prochain, un dispositif pour prêter des vélos électriques à ses habitants qui effectuent des trajets domicile-travail de moins de 5 km en voiture (et délester ainsi les parkings des gares). Et début juin, des centaines d’Yvelinois ont participé à « la Convergence francilienne », une manifestation pour promouvoir le cyclisme urbain et son utilisation au quotidien. Avec moins de 4 % de la part modale des déplacements, le vélo en Île-de-France est encore loin de la ville championne en France (Strasbourg, 16 %) mais il est dans la course. Et les Yvelines mènent le peloton.