Vacances apprenantes : les jeunes s’instruisent « l’air de rien »

SandrineGAYET

Des jeunes en risque de décrochage scolaire après des semaines de confinement sont en « colos scolaires » dans les Yvelines. Des remises à niveau ludiques et des découvertes multiples. Reportages au Campus des Mureaux et à la base de loisirs de Moisson/Boucles de Seine.

Mathématiques et français… à cheval

Au Campus des Mureaux, au milieu des pins et des fougères, le séjour est très attractif. Il n’y a pas de voile mais du cheval. Pas de nuits sous la tente mais dans des chambres individuelles, un vrai luxe pour des gamins qui vivent dans des apparts exigus.
Et il y a ici aussi pléthore d’ateliers pédagogiques comme la robotique ou l’écologie…Le clou du séjour c’est quand même un peu l’équitation. Ou des maths-équestres. Ou du français-poney… au choix. Car les passages en selle sont autant d’occasions de leur enseigner les bases de la géométrie, du calcul, du français.
Didier Lecoq est professeur des écoles et d’équitation. Il déborde d’imagination pour que des trucs barbants comme les maths passent comme des confiseries.
On leur raconte l’histoire des chevaliers. Ils font également du français à dos de cheval. « Ils doivent attraper des étiquettes tout en restant en selle et les accrocher dans le bon ordre pour construire des phrases». Inutile de préciser combien les enfants rient et aiment ces séances.
« C’est super marrant et mon cheval préféré c’est Cannelle. C’est un poney très gentil » sourit Yasmine.
Dylan, 9 ans a aussi aimé jouer avec les chiffres : « On a appris à calculer la quantité de nourriture qu’il faut donner aux chevaux avec les bottes de foin ». C’était un peu difficile mais après ça va. »
Pour beaucoup d’enfants, c’était la première fois qu’ils quittaient leurs parents mais l’ambiance, le cadre et les animations ont vite séché les larmes : « J’ai un peu pleuré au début, maintenant c’est fini car on rigole tout le temps » glisse d’une petite voix Alyssa, 8 ans.

Des collégiens de Sartrouville fiers de leur atelier Street Art. Ils sont avec Lakhdar, chargé de prévention collège (Louis Paulhan) et leur prof de street art/graffiti, « 2H alias le graffeur ». Photo : S.G/CD78

Voile, baignade, camping et ateliers créatifs à Moisson

« C’est trop badant ici » s’exclame Youri, collégien de Chanteloup-les-Vignes. Explication de texte : c’est génial. « Wow » quoi.
« On a fait de la voile. Et de la musique » renchérit Djamila.
« Regarde madame, j’ai fait le graffiti sur ma casquette avec des flop. Et j’ai nagé dans le lac » interpelle Kévin de Sartrouville.
« Warriorcat » (surnom que Rhyan se donne), a lui suivi l’atelier robotique, une vraie découverte : « Plus tard, je ferai ça comme métier », s’enthousiasme ce chantelouvais élève de 5ème.

Pour tous ces jeunes Yvelinois de milieux défavorisés, très pénalisés durant le confinement, le séjour sur la base de loisirs des Boucles de Seine a été une vraie bulle de bonheur où l’aventure était au rendez-vous avec l’apprentissage ludique.

Ils ont passé les nuits sous la tente, déjeuné autour des barbecues, participé à divers ateliers et surtout, ils ont appris des tas de choses l’air de rien.

Lakhdar Djerdoubi, chargé de prévention au collège Louis Paulhan de Sartrouville fait partie des encadrants de ces vacances apprenantes. Les gamins le connaissent bien et le respectent beaucoup.

« Ce qu’ils ont appris par exemple durant l’atelier street art, ils vont le poursuivre à la rentrée. Autour de l’écriture, de l’art populaire, des arts plastiques. Avec les ateliers théâtres, ils prennent confiance en eux et travaillent l’éloquence… ».

Les jeunes de 6ème ont ainsi appris à faire le distinguo entre ce qui est transgressif de ce qui est permis. Ils ont abordé les notions de démocratie et de droits. Tout cela autour de l’histoire des graffitis. Ils ont personnalisé leurs casquettes et créé un grand mural qui orne la scène installée dans le campement. Supers fiers qu’ils étaient et à juste titre !

Vacances apprenantes à la base de Loisirs Boucles de Seine. Séjours en camping avec au programme voile, baignade et ateliers créatifs. Photo : S.G/CD78

Le Département créateur des quartiers d’été

Dès le mois de mars, le Département a travaillé sur l’après confinement en prévision des inégalités qui allaient fatalement se creuser durant cette période de crise sanitaire. Dès le début donc les équipes ont planché sur un été apprenant. Après les séjours d’aération qui ont été proposés aux enfants pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance des Yvelines durant le confinement, l’idée a été d’étendre le concept à tous les enfants des quartiers pauvres. Avec un double objectif : occuper les gamins qui ne partent pas en vacances et que le désœuvrement risque d’embarquer vers de la délinquance et rattraper les retards scolaires.
Catherine Arenou, maire de Chanteloup-les-Vignes et conseillère départementale déléguée à la Politique de la Ville a porté le projet des Quartiers d’été (repris ensuite par le gouvernement pour l’étendre à toute la France) :

« Ce sont des quartiers où vivent entre 40 % et 50 % de jeunes âgés de moins de 25 ans et pour qui le confinement a été plus difficile qu’ailleurs car ils vivent généralement dans des appartements surpeuplés. Beaucoup ont disparu des radars de l’enseignement à distance. Il fallait vraiment mettre sur pied un programme fort qui ait du sens »

2,65 millions d’euros, c’est la somme que les Yvelines vont consacrer pour occuper durant l’été les 55.000 jeunes de moins de 25 ans des 31 quartiers prioritaires du département. Car cette année, l’épidémie de coronavirus qui sévit rend impossibles les déplacements à l’étranger, tandis qu’elle a entraîné la fermeture de nombreuses structures associatives et sportives.

Le déroulé des vacances apprenantes

Depuis le 6 juillet 2020 et jusque fin août, plus de 600 jeunes Yvelinois, âgés de 6 à 16 ans, et issus des quartiers politique de la ville, de l’aide sociale à l’enfance ou de zones rurales, profiteront de séjours socio-culturels à dimension pédagogique de 5 ou 7 jours. Les bénéficiaires, encadrés par des équipes pédagogiques, éducatives et d’animation qualifiées, seront accueillis sur le Campus départemental des Mureaux ou l’Île de loisirs des Boucles de Seine à Moisson. Des ateliers de remobilisation pédagogique, d’activités socio-culturelles, sportives et de loisirs ainsi que des temps d’échanges festifs et conviviaux rythmeront leur séjour. Cette initiative s’inscrit dans le cadre du dispositif de soutien « Quartiers d’été », (acté en commission permanente en mai dernier) à destination de la jeunesse des quartiers prioritaires pour la période estivale.

« Notre objectif est clair : rompre l’ennui des jeunes confrontés, cette année, à une situation plus qu’inédite ! L’apprentissage des savoirs étant la clé, le Département a pensé un dispositif spécifique intégrant une pédagogie alternative qui permettra de mettre ces jeunes en situation de réussite » souligne Pierre Bédier, président du Conseil départemental des Yvelines.

Un projet pour reprendre confiance en soi

Ce projet s’adresse aux jeunes de 6 à 16 ans ayant besoin de se remobiliser dans leurs apprentissages et d’être valorisés dans leurs compétences.

Grâce à une vaste campagne de recrutement lancée en juin 2020, les 600 jeunes bénéficiaires du dispositif (sur plus de 700 demandes reçues) peuvent avoir été orientés par leur famille, les chargés de prévention collèges de l’IFEP, les Territoires d’Action Départementale, les communes, les associations locales, l’Éducation Nationale ou encore les établissements sociaux et médico-sociaux accueillant des publics ASE.

Atelier robotique, présentation de ce que les jeunes ont créé pendant leurs « vacances apprenantes » dans les Yvelines. Photo : S.G/CD78

Les vacances apprenantes se déroulent sur 2 sites yvelinois selon le calendrier suivant :

· Du 6 juillet au 30 août 2020, du lundi matin 9h au dimanche matin 10h sur le site du Campus départemental des Mureaux,
· Du 6 juillet au 28 août, du lundi 10h au vendredi 18h, sur l’Ile de loisirs des Boucles de Seine à Moisson, en partenariat avec l’IFEP.

Tout au long de leur séjour, les jeunes profitent d’une pédagogie alternative ayant pour objectifs de leur :
– Donner envie d’apprendre en s’appuyant sur leurs compétences, leur créativité et leurs appétences,
– Apprendre à apprendre en renforçant leur confiance en eux, la mobilisation de leurs capacités de mémorisation et de concentration,
– Apprendre les bases fondamentales pour être un citoyen de demain.
Le programme des vacances apprenantes a été conçu en collaboration avec Jérôme Saltet, co-créateur des éditions Play Bac. Parmi les ateliers qui seront proposés : théâtre, conception d’un journal, robotique, composition musicale, éducation à l’environnement, course d’orientation, équitation…