Tony Yoka dans la cour des grands

La rédaction

Auréolé de sa médaille d’or dans la catégorie reine des poids lourds aux derniers Jeux Olympiques à Rio, le boxeur de Chanteloup-les-Vignes s’apprête à vivre une année 2017 décisive. Objectif champion du monde Sur le plan humain tout d’abord puisque c’est cet été qu’il a prévu d’épouser sa compagne Estelle Mossely, elle aussi sacrée championne […]

Cet article fait partie du dossier: Ces Yvelinois qui vont faire 2017

Auréolé de sa médaille d’or dans la catégorie reine des poids lourds aux derniers Jeux Olympiques à Rio, le boxeur de Chanteloup-les-Vignes s’apprête à vivre une année 2017 décisive.

Objectif champion du monde

Tony YokaSur le plan humain tout d’abord puisque c’est cet été qu’il a prévu d’épouser sa compagne Estelle Mossely, elle aussi sacrée championne olympique l’an passé. Sur le plan sportif ensuite où le colosse de 1,98 m et 105 kg va lancer sa carrière chez les professionnels.

À bientôt 25 ans, il n’a qu’un seul objectif : décrocher la ceinture de champion du monde. « Mais je ne veux pas me précipiter ni rater mes premiers pas », assure l’intéressé.

Pour l’heure, Tony Yoka est toujours en négociations avec trois promoteurs : le Français Sébastien Acariès, l’Ukrainien Wladimir Klitschko et l’Américain Al Haymon. C’est ce dernier qui tiendrait la corde puisque l’Yvelinois rêve d’aller s’entraîner aux États-Unis, « à condition de pouvoir continuer à boxer en France, devant mon public ».