Médaillée aux JO, la rameuse mantaise Claire Bové à l’Elysée

YvesFOSSEY

Claire Bové, la rameuse mantaise médaillée d’argent aux Jeux Olympiques de Tokyo, est toujours sur son nuage un mois après la compétition. Comme l’ensemble des athlètes tricolores, elle est invitée le lundi 13 septembre 2021 à une réception à l’Elysée.

Claire Bové devant la fresque qui lui est dédiée au stade nautique Didier Simond. CD78/Y.Fossey

Les médaillés français des Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo sont en effet reçus en fin de journée par Emmanuel Macron, le président de la République, au palais de l’Elysée. Le chef de l’Etat souhaite rendre hommage aux athlètes « pour leur engagement et leur performances lors des Jeux de Tokyo ».

Encore dans le tourbillon des JO

Parmi les neuf médaillés yvelinois figure la rameuse mantaise Claire Bové. La jeune femme de 23 ans, originaire de Montalet-le-Bois, près de Meulan, vient de reprendre l’entraînement sur le plan d’eau du stade nautique Didier Simond de Mantes-la-Jolie.

Tout sourire et en tenue officielle, elle présente sa belle médaille d’argent aux membres du club. Mais toujours très sollicitée, elle est encore dans le tourbillon.

Il faut du temps pour réaliser. Après la médaille, tout s’enchaine très vite. Entre la presse, le club France, la fête à Paris au Trocadéro, la fédération, les invitations locales comme le forum des associations à Mantes, les sollicitations sont nombreuses. Mais c’est éphémère, il faut savourer.

Claire Bové ne voulait pas manquer la première olympiade de sa carrière de sportive de haut niveau. Elle s’est beaucoup entraînée au rythme d’une douzaine de séances par semaine pendant près de quatre heures par jour.

Après les JO de Tokyo, Claire Bové a repris l’entraînement sur le plan d’eau de Mantes. CD78/Y.Fossey

Retour à la compétition à Mantes

A Tokyo, lors de la finale du deux de couple poids légers, associée à la grenobloise Laura Tarantola, la mantaise dit avoir vécu « une course magique ». Alors que les six concurrents étaient au coude à coude, les Italiennes l’ont emporté « d’un rien » devant les françaises.

On décroche l’argent, ça fait notre bonheur. On s’est fait plaisir, on a donné le maximum. Nous n’avons aucun regret.

Le résultat de Claire Bové fait des heureux à l’AS Mantaise. A commencer par son père Vincent qui est entraîneur. « Je suis très fière de ma fille, je n’arrive pas à réaliser qu’elle a accompli une chose aussi extraordinaire », souffle-t-il. Quant à Frédéric Andolfi, le président, il estime que cette médaille va « donner un nouvel élan à la discipline et au club ».

Claire Bové entourée de son père Vincent (à gauche) et de Frédréric Andolfi (à droite) le président de l’AS Mantaise. CD78/Y.Fossey

Et si la jeune femme a également repris le chemin du pôle aviron de Lyon où elle suit ses études pour devenir kinésithérapeute, elle fera son retour à la compétition sur les terres. Le club de Mantes-la-Jolie accueille l’organisation des championnats de France au stade nautique Didier Simond du 24 au 26 septembre 2021.