Les poules arrivent en ville !

Chloë Bringuier

En 2019, Tanguy Lorphelin, études à peine terminées, a eu une idée tout à fait admirable : installer des poules dans les jardins des zones semi-urbaines ! Pourquoi pas chez vous ?  Les poules cohabitent dans toutes les régions rurales de France. Si on leur ouvrait nos jardins urbains ? Une poule, c’est certes des […]

Cet article fait partie du dossier: Les Yvelines à l’heure du développement durable

En 2019, Tanguy Lorphelin, études à peine terminées, a eu une idée tout à fait admirable : installer des poules dans les jardins des zones semi-urbaines ! Pourquoi pas chez vous ? 

Le jeune Tanguy Lorphelin avec sa poule © Tanguy Lorphelin

Les poules cohabitent dans toutes les régions rurales de France. Si on leur ouvrait nos jardins urbains ? Une poule, c’est certes des responsabilités, mais aussi beaucoup d’avantages ! Nous avions suivi l’installation d’un poulailler connecté dans un collège de Jouars-Pontchartrain. Intéressons-nous avec Tanguy à ces animaux de la ferme qui commencent à conquérir les villes.

L’idée ne date pas d’hier dans l’esprit de Tanguy :

J’élève des poules depuis mes 7 ans et grandir avec des poules m’a apporté beaucoup de bonheur.

Habitant de Carrières-sur-Seine, le jeune homme a lancé « À chacun sa poule« , qui a pour objectif premier de faciliter l’élevage de poule en ville.

280 : c’est le nombre d’oeufs qu’une poule peut pondre par an. Le rôle intéressant des poules dans l’éco-système n’est plus à prouver. En effet, elles peuvent manger jusqu’à 75kg de déchets organiques par an. Cependant, ce n’est pas cet aspect (intéressant certes, mais pas primordial) que Tanguy souhaite mettre en avant. En effet, grandir avec des poules, s’en occuper après le travail : c’est se rapprocher de la nature, de l’autre, et d’un quotidien plus lent pour ceux qui ont pour habitude de vivre à cent à l’heure.

Tanguy souhaite aller au delà des préjugés sur les poules tout en expliquant leur réelle valeur dans un monde urbain :

Personne ne connaît les avantages d’avoir une poule chez soi mais beaucoup connaissent, à tort, les inconvénients qu’elles peuvent représenter. « À chacun sa poule permet de lever les obstacles à l’adoption de poules en milieu semi-urbain car j’aimerais que la poule se démocratise.

Le jeune homme connaît très bien son sujet et on sent que cela lui tient très à coeur. Tanguy a étudié à HEC au Canada en suivant un cursus économie-entrepreunariat avant de rentrer en France pour terminer ses études à Paris-Dauphine avec un master 2 en développement durable. Il a réussi à jongler entre ses deux casquettes à force de bonne organisation et de travail sans relâche.

Quelles sont les démarches ? Comment s’y prendre ?

Un poulailler mis en place par « À chacun sa poule » © Tanguy Lorphelin

Rien de plus simple ! Nul besoin de traverser le département à la recherche de votre nouvelle amie, « À chacun sa poule » s’occupe de tout ! Le service comprend :

  1. Les conseils et connaissances pour bien débuter avec sa (ou ses) poule(s).
  2. La livraison de poules, poulaillers, grains, miscanthus, abreuvoirs, mangeoires…
  3. L’accompagnement long-terme (conseils, nourritures, accessoires,…)

Le 3ème point est probablement l’un des plus attractif :

C’est un petit plus que je propose : je reviens tous les 2 mois pour livrer le grain et la litière (made in Yvelines !)

Il permet de s’occuper de sa poule sereinement tout en ayant des réponses à ses questions. L’organisation n’a aucun secret pour Tanguy. Il prend contact avec ses clients grâce à sa page Facebook (ou bien par mail). Après discussion pour définir les envies et les capacités des futurs propriétaires, le jeune homme se charge de tout. Les poules viennent des fermes yvelinoises de manière générale. À titre indicatif, une poule pondeuse coûte 19€.

Plus d’une vingtaine de familles ont déjà fait appel à Tanguy pour l’adoption de poules. Depuis 2020, son carnet d’adresses s’élargit puisque les écoles commencent à s’intéresser à son service. Une dizaine d’établissements yvelinois sont déjà sur la liste d’attente ! Tanguy a mis en place un groupe Facebook « Les poules de la Boucle de Seine ». Ce groupe permet d’échanger avec tous ceux qui sont passés par « À chacun sa poule » : anecdotes, conseils, demande de gardes durant les vacances… Une affaire rondement menée dans laquelle Tanguy met toute son énergie et ses convictions ! Tentés ? Vous connaissez maintenant la marche à suivre !