Emploi : les métiers de services à la personne ont la cote

CyrilMorteveille

Dans sa lutte pour le retour à l’emploi des bénéficiaires du RSA, le Conseil général promeut et encourage le développement de filières d’avenir, comme les métiers de services à la personne.

De g. à d. : Pierre Fond, Vice-président du Conseil général, Joachim de Almeida, directeur général d'Unidom, et Asmae Chouta, directrice du Cimap.

De g. à d. : Pierre Fond, Vice-président du Conseil général, Joachim de Almeida, directeur général d’Unidom, et Asmae Chouta, directrice du Cimap.

Même s’il résiste mieux que ses voisins franciliens, le département des Yvelines n’échappe pas à la crise. On compte ainsi aujourd’hui près de 23 000 bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active (RSA) sur tout le territoire. Un chiffre en constante augmentation.

Pour combattre ce fléau, le Conseil général, qui gère et finance le RSA, a fait du retour à l’emploi une de ses priorités. Il y consacrera en 2014 près de 100 millions d’euros, auxquels il faut ajouter quelque 8,5 millions d’euros pour développer des actions concrètes sur le terrain définies dans le Pacte Territorial d’Insertion.

« Une vraie mine d’emplois »

Avec, outre l’amélioration du suivi et de l’accompagnement des demandeurs d’emploi, la volonté de mettre l’accent sur les filières qui recrutent pour proposer rapidement des formations diplômantes débouchant sur un contrat d’embauche. Pierre Fond, Vice-président du Conseil général délégué à l’insertion, de préciser :

« Les métiers de services à la personne, par exemple, représentent une vraie mine d’emplois. Aide à domicile pour personnes âgées ou handicapées, garde d’enfants : la demande est énorme. La filière, qui regroupe aujourd’hui 4 000 emplois répartis sur 120 structures, est vouée à se développer. Mais si l’on veut une qualité de service optimale, il faut que le personnel soit qualifié. »

Dans ce secteur d’activité, deux plateformes de modernisation, le Cimap et Amadom (couvrant respectivement le nord et le sud du département), proposent des formations continues. « D’ici la fin de l’année, 300 bénéficiaires du RSA auront été suivis, formés et mis sur le marché du travail », confie Asmae Chouta, directrice du Cimap.

Un groupement de structures dédiées à Sartrouville
L’union associative Unidom vient de voir le jour à Sartrouville, dans le quartier des Indes. Son but : regrouper différentes structures spécialisées dans les services à la personne pour les aider à se pérenniser et à se développer. «Nous leur proposons partager des compétences, mutualiser des ressources et construire des partenariats », résume son directeur général Joachim de Almeida.