Le lavoir de Thoiry refait surface

Chloë Bringuier

Après des années de travaux et d’investissements, le lavoir de Thoiry fonctionne de nouveau pour le plus grand bonheur du maire et des habitants.  Lorsque l’on évoque Thoiry, la première référence qui nous vient à l’esprit, c’est son zoo. Mais cette ville au coeur des Yvelines renferme de nombreux trésors, comme son lavoir restauré après des […]

Cet article fait partie du dossier: L’eau dans les Yvelines : toute une histoire !

Après des années de travaux et d’investissements, le lavoir de Thoiry fonctionne de nouveau pour le plus grand bonheur du maire et des habitants. 

Le lavoir de Thoiry refait surface © CD78/N.DUPREY

Le lavoir de Thoiry refait surface © CD78/N.DUPREY

Lorsque l’on évoque Thoiry, la première référence qui nous vient à l’esprit, c’est son zoo. Mais cette ville au coeur des Yvelines renferme de nombreux trésors, comme son lavoir restauré après des décennies sous terre.

Jusqu’au milieu du 20ème, on entendait le doux bruit des lavoirs dans tous les villages de France. Ces bassins d’eau naturelle avaient pour vocation première de permettre de rincer le linge après l’avoir lavé. Les lavoirs pouvaient être publics ou privés, gratuits ou payants.

En France, les épidémies de choléra, de variole et de typhoïde ont incité le Parlement à voter en février 1851, une loi qui accorde un crédit spécial pour subventionner à hauteur de 30% la construction de lavoirs couverts. Au fil du temps et de la pollution des eaux, les lavoirs sont remplacés par les lessiveuses, les lavoirs mécaniques puis les machines à laver en 1950.

Les lavoirs sont aujourd’hui, dans certaines villes, un héritage architectural de l’histoire de France : c’est le cas à Thoiry, le lavoir était enseveli sous terre depuis 60 ans. Construit dans les années 1930, il a été détruit sur une décision du conseil municipal de l’époque.

Le maire de Thoiry, François Moutot, conscient du symbole que représente ce lavoir, a décidé de le réhabiliter en 2015. Après 3 ans de travaux et 70 000€ d’investissement, dont 40 000€ de la part du Département et de la région : le lavoir renaît. Pour une réhabilitation conforme, les tuiles datant d’il y a 250 ans proviennent de la ferme de Marcq.

Si aujourd’hui les lavoirs n’ont plus leur utilité première, ils sont la mémoire des lieux où les femmes se retrouvaient, échangeaient et discutaient : les lavoirs sont des constructions d’histoire qui rendent leur charme aux villages de France et où il n’est pas rare de voir quelques enfants, lors des jours d’été, profiter d’un point d’eau.