APR2 veut recycler le plastique à l’infini

SandrineGAYET

Donner une seconde vie aux matériels informatiques c’est le cœur de métier d’APR2.
En plus d’œuvrer pour le recyclage, l’entreprise membre du Busin’ESS club des Yvelines joue un rôle clé dans l’insertion locale. Double coup de chapeau.

APR2 © CD78 / N.Duprey

Aujourd’hui, APR2 installée au Village d’Entreprise de Bonnières-sur-Seine, ne se contente plus de collecter auprès des entreprises, des collèges et des collectivités – dont le Département – leurs équipements obsolètes. Elle innove en transformant les pièces plastiques de ces appareils en granulés recyclés premium.
APR2 est une des deux lauréates françaises du programme européen « Horizon 2020 » dédié aux PME européennes innovantes. Elle a été sélectionnée parmi plus de 2 200 autres entreprises. Son ambitieux projet de faire du plastique usagé une nouvelle matière a également retenu l’attention de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie.

Économie circulaire et sociale

Pour son implication éco-responsable et innovante, pour le développement de l’économie locale, la société a été plusieurs fois primée. En plus de son rôle environnemental, APR2 a ajouté une dimension d’insertion sociale. En effet, 80 % du personnel de production est dédié aux personnels en situation de Handicap.

Autre fierté pour son président et cofondateur, Daniel Ouaknine, celle de contribuer à la création d’emplois de proximité. Et ce n’est pas fini. Car selon lui, le recyclage du plastique en France atteint à peine les 200 000 tonnes pour un gisement estimé à plus de deux millions de tonnes  ! APR2  traite quelque 5 000 tonnes de matériel/an.

 


 

APR2 participe à la lutte contre l’illectronisme

APR2 © CD78 / N.Duprey

Au-delà de son activité de démantèlement, l’entreprise de Bonnières-sur-Seine APR2 gère également une activité de réemploi des ordinateurs. De grandes entreprises yvelinoises vendent à APR2 une partie de leur parc informatique encore utilisable pour une seconde vie comme l’explique Daniel Ouaknine :

« Dans nos ateliers, nous formatons les disques durs et remettons en état les équipements ».

Et ces ordinateurs retrouvent une activité : ils sont mis à la disposition des ateliers numériques, créés par le Département, pour lutter contre l’illectronisme.