Rémi Bastien (Vedecom) : « La voiture autonome dans cinq ans »

Mathieu Cécé

Selon Rémi Bastien, le Président de Vedecom : « La voiture autonome sur autoroute pour le conducteur lambda, nous y serons dans cinq ans. »

Cet article fait partie du dossier: Vedecom, l’institut des mobilités innovantes

R.BastienPour le grand public, le travail effectué sur la voiture autonome par Vedecom et d’autres acteurs internationaux peut paraître abstrait voire parfois relever de la science fiction. N’est ce pas un peu frustrant pour vous et vos équipes ?

Rémi Bastien : « Même si cela fait un certain temps que nous entendons parler de la voiture autonome, nous n’avons jamais été aussi proche du but. Quand Renault s’est lancé dans l’aventure de la voiture électrique, il y avait énormément de sceptiques pour penser que cela ne fonctionnerait jamais. Et pourtant, aujourd’hui, bon nombre de professionnels du secteur automobile s’accordent pour dire qu’elle représente une solution d’avenir.

Par rapport à la voiture autonome, il faut bien noter qu’il existe deux grands champs d’application. Pour l’utilisateur lambda, l’application passera essentiellement par l’autoroute. Et concrètement, nous y serons dans 5 ans ! La seconde utilisation concernera le robot-taxi, qui sera plus local, mais qui lui aussi pourra se déployer très rapidement une fois lancé. »

A la fin du mois de mars 2017, un véhicule autonome signé Uber a subi un accident lors d’un essai aux Etats-Unis. Cet événement tendrait-il à prouver que la technologie n’est pas encore tout à fait fiable ?

Rémi Bastien : « De toutes les manières, nous sommes en mode d’expérimentation ce qui est indispensable avant de passer à d’autres phases. Dans ce cas précis et à ma connaissance, il ne s’agit que de tôles froissées et heureusement, aucune personne n’a été impliquée. Toutefois, cet incident montre qu’il y a encore des étapes à franchir et du travail à effectuer.

Je crois qu’Uber élabore actuellement un robot-taxi destiné à la ville. C’est la mise en situation la plus complexe pour des raisons évidentes liées à la sécurité en zones urbaines. Mais avec la voiture autonome sur autoroute, nous réduisons une grande partie des problèmes. Aujourd’hui 90 % des accidents sont le fait d’erreurs humaines. Grâce aux technologies de demain, nous serons en mesure de faire baisser considérablement ce chiffre. »

Quand pourrons-nous voir un de vos véhicules autonomes en action ?

Rémi Bastien : « Nous avons déjà effectué une démonstration qui s’est déroulée avec succès à Bordeaux en 2015. Vedecom prévoit un nouveau rendez-vous de ce type à Strasbourg pour juin 2017. »