Quatre hectares de forêt replantés aux Tailles d’Herbelay

NicolasThéodet

 Le Département des Yvelines s’engage en forêt. Aux Tailles d’Herbelay, 3 500 arbres ont été plantés au début du mois de mars. Une première étape pour renforcer nos Espaces Naturels Sensibles. 

Quatre hectares de forêt ont été vicitme de la maladie de l’encre. ©CD78/N.Duprey

Sur les hauteurs d’Aigremont, dans la forêt des Tailles d’Herbelay, la maladie de l’encre a fait des ravages. A peine le portail d’entrée franchi, une vaste clairière de quatre hectares s’offre aux yeux des promeneurs. « On a réalisé une coupe sanitaire », confiait à l’automne dernier Jean-Marc Jouve, chargé d’ingénierie forestière au Département des Yvelines. Une grande quantité de châtaigniers victimes de la maladie de l’encre sont morts et ont été abbatus.

Replanter quatre hectares de forêt

Ce mois de mars, le site est en passe de renaître. L’entreprise Naudet, sélectionnée par le Département, replante 3 500 arbres en cette fin d’hiver. Au centre du site, des petits carrés de bois. « Ce sont des enclos qui protègent les jeunes arbres que nous plantons afin de les protéger de la dente des animaux sauvages et notamment les chevreuils », explique Jean-Marc Jouve. Dans ces enclos, 28 arbres sont mis en terre. On y retrouve du chêne, du tilleul, du hêtre ou encore du merisier.

 « L’idée c’est de diversifier les essences pour renforcer la résilience de la forêt », analyse le responsable

Jean-Marc Jouve surveille l’avancée des travaux. ©CD78/N.Duprey

En effet, les forêts yvelinoises sont quasiment toutes façonnées de la main de l’homme. Ces zones parfois centenaires sont aujourd’hui vulnérables. « Aujourd’hui, si une maladie touche une essence fortement présente dans un boisement, comme elles sont toutes regroupées, ce sont des parties entières de forêt qui subissent le dépérissement », précise Jean-Marc Jouve. En cause, le réchauffement climatique et les arrivées d’espèces exotiques sont deux vecteurs aggravants.

Renforcer les forêts yvelinoises par la plantation d’essences précises

Si bien qu’en replantant, le Département s’engage à tout faire pour préserver et renforcer les forêts. Mélanger les essences, c’est assurer un maintien de la biodiversité.  Diversifier nos forêts renforce ainsi leur système immunitaire et assure leur pérennité malgré les aléas du temps.

Dans la forêt des Tailles d’Herbelay, l’essence la plus recherchée est le chêne sessile, connu pour la qualité de son bois. Certaines variétés sont aussi plus résistantes aux épisodes de sécheresse. « Ici, nous avons sélectionné des chênes provenant du Val de Loire. Il est plus apte à répondre aux événements climatiques », confie Jean-Marc. « Nous ne prenons uniquement des essences françaises », ajoute-t-il. En effet, afin afin de préserver la biodiversité locale, il est préférable d’opter pour ces arbres.

« En fait, il existe une migration naturelle. Ce chêne serait arrivé dans les Yvelines d’ici une centaine d’année naturellement », détaille le forestier.