Hiver 2018 : Nuits blanches sur macadam

Sandrine GAYET

Durant l’hiver 2018, les Yvelines se sont emmitouflées dans un épais manteau blanc. Derrière la féerie des paysages enneigés, ce fut une mobilisation 24h/24 des agents de la voirie de l’EPI 78-92 pour sécuriser les déplacements. Reportage (réalisé en février 2018).

Cet article fait partie du dossier: Ce qu’il s’est passé dans les Yvelines en 2018

Durant l’hiver 2018, les Yvelines se sont emmitouflées dans un épais manteau blanc. Derrière la féerie des paysages enneigés, ce fut une mobilisation 24h/24 des agents de la voirie de l’EPI 78-92 pour sécuriser les déplacements. Pour l’hiver 2018/2019, les équipes sont prêtes. Reportage (réalisé en février 2018).

Equipe EPI 78/92 – Photo : N.Duprey

Un gobelet de café fumant à la main, Olivier scrute le ciel. Dehors, les mécaniciens vérifient une dernière fois les camions, les stocks de sel et l’état des « rabots », ces grandes lames utilisées pour déneiger. Tout est prêt. Quelques jours après leur mobilisation sans faille pendant les inondations, ils sont à nouveau d’astreinte. Météo France annonce pour le lendemain 5 à 8 centimètres de neige dans les Yvelines, en alerte orange. Pas de quoi affoler ces vigies qui veillent sur le réseau départemental. Ce matin, dès 3 heures, ils sont intervenus en salage préventif contre le verglas. Les heures à venir vont être longues, c’est la seule certitude. La centaine d’agents de la voirie est au taquet, chacun sait exactement où il devra intervenir. Leur mission est claire : remettre les routes « au noir ». Les déneiger donc.

Alerte orange neige et verglas

Dès le mardi matin, les premiers flocons tourbillonnent, ils ne collent pas encore sur les routes déjà salées. La journée avance, la valse des saleuses recommence. Les chutes s’intensifient, qui associées à la baisse des températures, commencent à former une pellicule blanchâtre. Les premières difficultés apparaissent dès que la route s’élève, les lames de déneigement rentrent en action.
Tant qu’il neige, les conditions de circulation sont affectées. Il ne sert à rien de rouspéter contre les gestionnaires des routes : le sel ne fait pas fondre la neige, ni pendant qu’elle tombe, ni quand elle recouvre la chaussée!

Le maintien de la viabilité s’opère donc en deux temps : évacuation de la neige puis salage pour accélérer le « retour au noir ». La nuit durant, le responsable d’astreinte local (5 personnes sur les Yvelines) veille à organiser au mieux l’intervention des machines. Régulièrement, il rend compte de la situation « COD », le Centre Opérationnel Départemental, établi au sein de la Préfecture, afin que soit optimisée la coordination et l’action sur le terrain de tous les acteurs mobilisés (gendarmerie, police, pompiers, collectivités) sous l’autorité du Préfet.

Un service public plus que jamais nécessaire

Feuilles de route en main, les patrouilleurs se fondent dans la nuit glaciale. Aucun ne manque à l’appel, même ceux en congés sont revenus prêter main forte. Une belle entraide collective qui fait écho à leur profond attachement au service public. Dans les cabines, les équipages restent très concentrés. Piloter le rabot est intensif et stressant. En plus, il faut compter avec des automobilistes inconscients qui doublent les saleuses, dérapent et bloquent la circulation… « Et nous, on se fait copieusement insulter », lâche, excédé Yann qui en plusieurs décennies en a de belles à raconter sur les incivilités des cowboys de macadam. Au matin du 6 février 2018, après une nuit pleine d’obstacles, le réseau est praticable. 22 camions, 28 chauffeurs, 5 responsables, 2 mécaniciens et 2 cadres ont œuvré sur les secteurs de Rambouillet, Mantes, Poissy, Versailles et Méré. Une nouvelle équipe de jour prend le relais. Les déplacements sont délicats mais les convois s’organisent suivant les informations au fil de l’eau.

Refaire ce que la neige défait

Nouvelle nuit hivernale avec brouillard givrant et la poudreuse qui retombe. Le ballet des lames et saleuses reprend de plus belle, qui, telles des Sisyphe, doivent sans cesse refaire ce que la neige défait. Les agents interviennent sur le réseau principal mais cela ne suffit plus. Météo France est surpris par l’intensité de l’épisode neigeux. On n’est plus dans les 8 cm de couverture mais bien dans une épaisseur qui dépasse les 20 cm cumulés ! Dans les terres rurales, les agriculteurs sortent les tracteurs pour dégager hameaux et villages. Les agents de la voirie portent secours aux sinistrés de la route. Tous font le job mais la neige remporte ce round. Au matin du 7 février, les Yvelines sont figées dans une pelisse blanche et verglacée. Des routes départementales sont fermées, d’autres en « situation délicate » mais les conditions minimales de circulation sont assurées, grâce au professionnalisme des « gilets oranges ». Demain sera un autre jour, Météo France annonce une accalmie… « Notre meilleur allié, sourit Philippe, reste le soleil qui fait fondre la neige et remet le réseau au noir ».

Pierre Bédier, Président du Département,

Merci à nos agents de la voirie départementale qui se sont mobilisés sur tous les axes routiers durant cette période. L’illustration concrète d’une mission essentielle qui serait bouleversée, voire pas du tout assurée, si les départements étaient supprimés!

2018 :  1er hiver et quel hiver pour l’EPI 

Du 13 novembre 2017 au 12 mars 2018, les 169 agents de la voirie de l’EPI 78-92 (dont 123 agents des Yvelines) étaient mobilisables 24h/24. Ce fut le premier hiver pour ce service créé en avril 2017 dans le cadre du rapprochement des Yvelines et des Hauts-de-Seine, qui prend en charge la mission de viabilité hivernale. Les équipes, très expérimentées, veillent sur les 1 560 km du réseau routier des deux départements. Leur objectif est de maintenir des conditions minimales de circulation avec une gestion des priorités d’intervention selon l’importance de routes : environ 640 km de RD sont classés en niveau 1 (liaisons principales et grands axes), environ 620 km de RD sont en niveau 2 (voies importantes) et environ 300 km de RD sont en niveau 3 (petites routes).
L’organisation repose sur 46 agents placés en astreinte 24h/24, 32 saleuses équipées de lames de déneigement et près de 4 000 tonnes de sel.