Soutenir les proches aidants : le Département se mobilise

SandrineGAYET

83% des Français souhaitent vieillir à leur domicile. Dans la majorité des situations, les projets de vie des personnes en situation de dépendance ne peuvent se réaliser sans l’implication d’un proche aidant. La présence des aidants est donc essentielle. Les accompagner, les former, leur offrir des solutions font partie des priorités du Département des Yvelines.

Les perspectives démographiques et l’évolution du système de santé français nécessitent l’engagement de plus en plus d’aidants aux côtés d’un proche en perte d’autonomie du fait de son âge, d’un accident de la vie ou d’un handicap.

En France, une personne sur six serait un aidant. Soit près de 11 millions. Mais moins de 4 millions sont officiellement déclarés aidants d’un proche. Identifier les aidants qui ne savent pas qu’ils ont des droits en tant que tel, c’est un enjeu important. En effet, si l’on veut favoriser le maintien à domicile des seniors et des personnes en situation de handicap, il faut prendre soin de leurs aidants.

La Conférence des financeurs des Yvelines (instance qui a pour mission de définir un programme coordonné de financement des actions individuelles et collectives de prévention de la perte d’autonomie, en complément des prestations légales ou réglementaires) a choisi de faire de ce sujet l’une de ses priorités.

Enquête « CARE » auprès des aidants de seniors à domicile

La majorité des aidants sont des femmes (59,5 %).
La relation d’aide s’inscrit le plus souvent dans une situation de proximité géographique. En effet, la plupart des aidants habitent à proximité immédiate du senior puisque les trois quarts des enfants aidants qui ne cohabitent pas avec le senior habitent à moins de 30 km et à moins de 40 minutes du domicile du senior.

 

Les enfants « cohabitants » connaissent une situation de vie plus défavorable que les enfants non cohabitants.
Ils sont moins souvent en couple (26 % contre 71 % des enfants non cohabitants), 62 % sont sans enfants (contre 18 % chez les enfants non cohabitants).

La situation sur le marché de l’emploi est également défavorable aux enfants cohabitants : ils sont ainsi plus souvent au chômage (12 %) et inactifs pour cause d’invalidité (9 %) que les enfants non cohabitants (7 % et 3 % respectivement).
Les activités de la vie quotidienne les plus fréquemment déclarées sont les aides aux courses (62 %), aux démarches médicales (53 %), aides aux tâches administratives (43 %) et aides au bricolage (40 %).

Le Département épaule les aidants

La collectivité a mené un important travail de repérage pour identifier un proche aidant en situation de fragilité pouvant conduire à un épuisement émotionnel, physique ou psychologique. Beaucoup de personnes ne savent pas qu’elles sont aidantes car s’occuper de leur proche leur semble juste normal. D’autres ne veulent pas avouer leur situation par culpabilité ou par gêne.

Le Département souhaite améliorer puis renforcer son offre de formation pour les aidants : coaching individuel ou de groupe, éducation thérapeutique, formations accompagnées par des aidants experts au sein des entreprises… de nouvelles approches voient le jour.
La collectivité travaille avec plusieurs associations et structures dédiées à l’accompagnement global des aidants.

Informations et contacts au Département : Les aidants – Conseil départemental des Yvelines