L’ouest francilien vous nourrit

De la plantation à la transformation, Yvelines et Hauts-de-Seine participent à l’approvisionnement d’une grande partie de l’Ile-de-France. Être à la fois l’une des plus importantes métropoles d’Europe et une grande région agricole : pari réussi pour l’ouest francilien ! L’agriculture yvelinoise fait partie intégrante de la vie des habitants de l’ouest francilien. Le territoire est composé […]

Cet article fait partie du dossier: Yvelines et Hauts-de-Seine au Salon de l’Agriculture 2019

De la plantation à la transformation, Yvelines et Hauts-de-Seine participent à l’approvisionnement d’une grande partie de l’Ile-de-France. Être à la fois l’une des plus importantes métropoles d’Europe et une grande région agricole : pari réussi pour l’ouest francilien !

L’agriculture yvelinoise fait partie intégrante de la vie des habitants de l’ouest francilien. Le territoire est composé de 90 000 hectares d’espaces agricoles, avec près de 1 000 exploitations. De son côté, le département des Hauts-de-Seine souhaite multiplier les synergies avec le 2e territoire agricole de la région afin de favoriser les productions locales et ainsi contribuer au maintien d’espace agricole en Île-de-France.

Toutes les filières de transformation et de produits sont représentées sur le territoire, dont la meunerie-boulangerie-pâtisserie-pâtes, les boissons, les traiteurs et l’épicerie fine. Les axes d’innovation en industrie agro-alimentaire sont multiples, tant au niveau des produits que des process de transformation et des services de distribution. Des start-up sont de mieux en mieux accueillies et accompagnées pour pouvoir se développer. Des incubateurs et pépinières se mettent également en place.

Développement des circuits courts

Portées par la demande croissante des consommateurs pour les productions locales, les filières de proximité offrent un vrai potentiel de développement. Des initiatives se multiplient comme la vente à la ferme, la présence de producteurs sur les marchés locaux ou les AMAP (Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne). L’essor des filières de vente directe, souvent le reflet d’une nécessaire diversification des agriculteurs, illustre les liens qui se tissent entre territoires ruraux et territoires urbains.

Approvisionner la restauration scolaire

Près de 9 millions de repas sont servis chaque année dans les collèges de l’ouest francilien. Les deux Départements ont engagé un plan d’action pour une alimentation de qualité contribuant à un meilleur équilibre alimentaire : respecter la saisonnalité, favoriser les produits locaux, privilégier la cuisine sur place, intégrer les produits issus de l’agriculture biologique.

La part des produits bio servis dans les cantines des collèges est de 25% dans les Hauts-de-Seine et de 40% dans les Yvelines. L’objectif est de la passer respectivement à 31 % et 67 % d’ici 3 à 5 ans.

Pour assurer une cuisine de qualité et contribuer à développer les filières agricoles, les Départements ont fait le choix de privilégier les produits locaux. Bientôt 1/3 des repas  servis dans les collèges des Yvelines seront issus des circuits courts. Cette proportion est aujourd’hui de 1/4 dans les Hauts-de-Seine. Chaque jour, 2 à 3 des composantes servies sont des produits labellisés ou issus des terroirs : nos producteurs d’Ile-de-France sont mobilisés pour approvisionner les cantines !

La lutte contre le gaspillage alimentaire et la gestion des biodéchets participent de cette politique de restauration responsable. Dans les collèges, des potagers pédagogiques sont aménagés pour sensibiliser les élèves au « bien-manger » et à la saisonnalité. Grâce à ces initiatives, les cantines des collèges des Yvelines et des Hauts-de-Seine sont en cours de labellisation Ecocert, basé sur le référentiel « En cuisine ». Dans les collèges des Yvelines, outre la création de potagers, des poulaillers connectés sont installés afin de responsabiliser les élèves à la gestion des déchets issus de la cantine.