Comment le Département renforce-t-il sa compétitivité et son attractivité ?

La rédaction

Marie-Célie Guillaume, Conseillère départementale, Vice-présidente déléguée à l’économie et à l’interdépartementalité répond à nos questions sur l’attractivité du territoire et le rapprochement Yvelines/Hauts-de-Seine. Quelles sont les spécificités économiques des Yvelines, ses filières d’excellence ? Le département des Yvelines représente l’équilibre idéal entre un cadre de vie exceptionnel et une proximité immédiate avec les grands centres […]

Cet article fait partie du dossier: Les moteurs de l’innovation dans les Yvelines

Marie-Célie Guillaume, Conseillère départementale, Vice-présidente déléguée à l’économie et à l’interdépartementalité répond à nos questions sur l’attractivité du territoire et le rapprochement Yvelines/Hauts-de-Seine.

Pierre Bédier, Président du Département des Yvelines, avec Marie-Célie Guillaume et Patrick Devedjian, Président du Département des Hauts-de-Seine, au SIMI 2017.

Quelles sont les spécificités économiques des Yvelines, ses filières d’excellence ?

Le département des Yvelines représente l’équilibre idéal entre un cadre de vie exceptionnel et une proximité immédiate avec les grands centres de création de valeur, notamment Paris ou La Défense. Les Yvelines accueillent quelque 585 000 emplois, soit 9,5 % des emplois franciliens. C’est le plus important volume d’emplois de la grande couronne. Les deux grandes filières d’excellence présentes, à savoir l’automobile et l’aéronautique/ aérospatiale, concentrent respectivement 41 % et 20 % des salariés du privé d’Île-de-France. Berceau de l ’industrie automobile, les Yvelines restent le 1er département de France dans ce secteur. Le territoire peut être fier d’accueillir toute la filière, depuis la recherche jusqu’à la production. Cela représente 45 000 emplois et plus de 150 entreprises sous-traitantes qui créent, développent et commercialisent dans ce secteur. Les Yvelines ont également su prendre le virage des nouveaux marchés, que ce soit dans le secteur des éco-activités, de la construction verte, des TIC ou de la santé/ chimie / cosmétique, amenant dans leur sillage tout un écosystème de PME in­novantes. La présence de réserves fon­cières nombreuses, qualitatives et à des prix très at­tractifs sur le territoire représente un atout ma­jeur pour les entreprises en quête d’une nouvelle implantation.

Le territoire est-il aujourd’hui le creuset de la création de richesses ? Comment le couple public/ privé peut-il servir le développement territorial ?

Aider les entreprises, créatrices de richesses et d’emplois, c’est avant tout leur offrir des infrastructures de transport, des établissements d’enseignement et des logements de qualité, enfin c’est avoir aussi une offre culturelle d’envergure métropolitaine. Pour illustrer le soutien départemental à l’activité économique dans les Yvelines, je pense à des projets structurants comme celui d’ATOS pour lequel le Département a cofinancé le développement d’un super-calculateur aux Clayes-sous-Bois. Même idée quand nous aidons à l’implantation de lieux d’accueil pour les entreprises innovantes, comme l’incubateur SQY CUB, 1er incubateur public dans les Yvelines.

Le Département est également un partenaire majeur du développement du cluster des mobilités innovantes à Versailles Satory. Il a ainsi créé la Société d’Économie Mixte (SEM) Satory Mobilité avec la Communauté d’Agglomération de Versailles Grand Parc, la Caisse des Dépôts, Arkéa et les industriels Valéo, Renault et COFIP afin de financer et construire un premier ensemble immobilier « mobiLAB », vitrine de ce cluster. Ce bâtiment exemplaire de 6 500 m² accueillera dès octobre prochain le nouveau siège social de Vedecom, institut de recherche dédié à la mobilité individuelle décarbonée et durable, les équipes de recherche de l’IFSTTAR puis celles de Transdev. J’ai le plaisir de présider cette SEM avec comme ambition de poursuivre la dynamique de constitution de ce cluster autour du mobiLAB. Le soutien immobilier à Vedecom est doublé d’un soutien financier du Département autour des programmes de recherche de l’Institut, à hauteur de 20 millions d’euros sur la période 2014-2023 pour ses projets de Recherche & Développement structurants. Cet institut de recherche est exemplaire par le partenariat qu’il constitue entre le public et le privé : 40 membres dont la quasi-totalité des fleurons de l’industrie française, comme Renault, PSA, Valeo, ou encore Thales et SAFRAN, et des écoles telles que l’ESTACA.

Le Département a également largement participé au renouvellement de l ’offre foncière à vocation économique, qui est un enjeu fondamental de développement et qui le sera de manière croissante dans le cadre du Grand Paris. Le Département a entrepris une politique volontariste d’aide à la requalification de l’offre foncière. Il a aussi soutenu le développement de pépinières et hôtels d’entreprises sur le territoire. Il dispose d’ailleurs d’un Fonds d’Action Foncière pour un Développement Equilibré des Yvelines et le mobilise à des fins économiques de 220 millions d’euros, par l’acquisition et le portage le cas échéant de foncier ou d’immobilier d’entreprises.

Quels sont selon vous les points clés pour un marketing territorial efficient ?

Plaine de Montesson, Carrières-sur-Seine Photo : Olivier Ravoire

Dans un contexte complexe de positionnement entre les territoires, le Département poursuit sa compétitivité et son attractivité par la mise en oeuvre d’actions de communication et de promotion à vocation économique : présence à de nombreux salons professionnels (SIMI, MIPIM..), diffusion de plaquettes et brochures à destination de différents acteurs (promoteurs, aménageurs, investisseurs…), développement d’outils numériques, accueil de délégations internationales…

La promotion de la Vallée de Seine, du cluster des mobilités innovantes de Satory, du RER E, des entreprises yvelinoises ou de la ruralité sont autant d ’atouts valorisables sur ces différents événements et supports. L’objectif principal de ces actions est d’attirer de nouveaux investisseurs nationaux et internationaux dans les Yvelines et de conforter la présence des entreprises déjà implantées sur le territoire.

En quoi la fusion avec les Hauts-de-Seine boostera-t-elle notre attractivité ? Quel impact pour les Yvelinois et les Altoséquanais ?

Développer l’Ouest francilien, c’est favoriser la venue d’entreprises, créatrices d’emplois et de richesses, et le rapprochement de nos deux départements permet de mettre en ligne des moyens incomparables. Nous faisons l’aménagement de notre territoire, la promotion de l’attractivité ensemble, donc avec une force de frappe beaucoup plus importante et une efficacité sur le terrain bien meilleure. Le poids économique que représente l’union de nos deux territoires est rassurant pour ces acteurs, cela d’autant plus que le marché de l’immobilier d’aujourd’hui les incite à réfléchir mûrement à toute nouvelle implantation, dans un contexte budgétaire raisonné. Nos territoires sont riches d’atouts en termes d’infrastructures, d’opportunités immobilières et foncières, de qualité de vie et de travail, qui les incitent à regarder avec bienveillance et intérêt de se fixer sur nos territoires. Le prolongement du RER EOLE à l’ouest, depuis Paris vers la Défense jusqu’au Mantois, est par exemple une opportunité de développement unique pour la Vallée de Seine et l’Ouest francilie