Télémédecine, l’avenir ?

Sandrine GAYET

Plusieurs réflexions sont menées autour d’une nouvelle forme de médecine à distance pour des actes simples. L’Agence régionale de Santé lance aussi des appels à projets. Téléconsultation, télé-expertise, objets connectés sont autant de pistes qui devraient voir le jour assez rapidement dans le monde médical. Essentiellement dans les zones rurales. D’ores et déjà, ici et […]

Cet article fait partie du dossier: Spécial « Santé dans les Yvelines »

Plusieurs réflexions sont menées autour d’une nouvelle forme de médecine à distance pour des actes simples. L’Agence régionale de Santé lance aussi des appels à projets.

TélémédecineTéléconsultation, télé-expertise, objets connectés sont autant de pistes qui devraient voir le jour assez rapidement dans le monde médical. Essentiellement dans les zones rurales. D’ores et déjà, ici et là, des expériences sont menées. La première « ConsultStation » a vu le jour en Bourgogne. Créée par la société H4D, en contact avec plusieurs structures yvelinoises, elle serait un des remèdes aux déserts médicaux. Dans ces cabines, genre photomaton version médicale, le patient prend sa tension, sa température, mesure le taux d’oxygène dans le sang, peut faire un électrocardiogramme, des tests auditifs et cognitifs, des tests de glycémie… Chaque étape est expliquée sur un écran et les résultats envoyés au médecin via le site jemesurveille.com. Selon ses concepteurs, cela permettrait de désengorger les services d’urgence. Et d’implanter une structure médicale dans une zone qui en est dépourvue. « Cela peut être rassurant ».

Cette montre, étanche, comporte un bouton d’appel d’urgence

Cette année, une startup yvelinoise s’est vue remettre un prix de l’innovation pour sa création : une montre connectée destinée aux patients souffrant d’Alzheimer qui sera commercialisée cette année. La petite entreprise Etinnov, basée à Trappes a ainsi imaginé et mis au point cet objet connecté aux débouchés prometteurs. « Cette montre, étanche, comporte un bouton d’appel d’urgence et intègre la mesure du pouls, de la température et de sudation qui permet de détecter un AVC », a expliqué son directeur Xavier Drouet lors de la remise du prix. Les données sont envoyées illico par SMS à la famille ou au service médical.