Maurice Denis : le théoricien des Nabis

ChloëBringuier

Maurice Denis est un bel emblème des Yvelines puisque sa maison-atelier à Saint-Germain-en-Laye est le musée départemental. Retour sur l’histoire de son oeuvre et sa place dans le mouvement nabi. 

Maurice Denis : le théoricien des Nabis © CD78/N.DUPREY

Maurice Denis naît à Granville le 25 novembre 1870. Il se découvre très tôt une vocation de peintre marquée par la découverte de la peinture de Fra Angelico. Après des études à Paris, à l’Académie Julian, il fonde en 1888 avec Paul Sérusier, l’école des Nabis dont il devient le théoricien. Détachés ou non du christianisme, les Nabis cherchent de nouvelles voies spirituelles au contact de philosophes et de doctrines teintées d’Orient, d’orphisme et d’ésotérisme. En 1889, lors de l’exposition universelle, Maurice Denis découvre la peinture de Paul Gauguin dont l’influence sera déterminante sur la suite de son oeuvre. 1890, il épouse Marthe Meurier, qui fut d’abord son modèle et lui donnera de nombreux enfants.

D’abord synthétique et symboliste, proche de l’Art nouveau, sa peinture s’oriente ensuite vers un classicisme renouvelé. Les scènes intimes et familiales, les thèmes religieux, les paysages d’Italie et de Bretagne alternent avec les grands décors profanes et religieux. De 1908 à 1921, il enseigne à l’académie Ranson où il forme toute une génération de jeunes peintres et fonde en 1919 les Ateliers d’art sacré avec Georges Desvallières, dans une perspective de renouveau de l’art chrétien. Son succès est alors international. Chercheur et travailleur infatigable, il laisse à sa mort, le 13 novembre 1943, une oeuvre considérable.

 

Maurice Denis : le théoricien des Nabis © CD78/N.DUPREY

Il représente sa propre famille dans la chapelle du « Prieuré »

Maurice Denis a habité a travaillé de nombreuses années à Saint-Germain-en-Laye. C’est dans l’ancien hôpital fondé par Louis XIV et Madame de Montespan, rebaptisé Le Prieuré, qu’il entreprend dès 1915, soit un an après en avoir fait l’acquisition, de décorer la chapelle en y représentant sa propre famille. Cette demeure, classée Maison des Illustres est aujourd’hui le musée départemental Maurice Denis, dédié aux symbolistes et aux nabis.

Le musée est actuellement fermé jusqu’en 2019 pour travaux, mais en octobre 2018, les correspondances de Maurice Denis ont été numérisées grâce à l’aide des Archives départementales des Yvelines. Vous pouvez donc vous plonger dans les écrits du peintre… Derrière vos écrans !