Maupassant : de la Seine à ses méandres

ChloëBringuier

Guy de Maupassant, célèbre écrivain naturaliste et réaliste du 19ème siècle est encore lu et étudié en 2018. Découvrez la partie yvelinoise de sa vie, entre Chatou et Poissy. 

Colette Dumas Lippmann, Geneviève Straus et Guy de Maupassant © Wikimédia

Colette Dumas Lippmann, Geneviève Straus et Guy de Maupassant © Wikimédia

Guy de Maupassant, naît le 5 août 1850, vraisemblablement à Fécamp en Seine Maritime. Il reçoit son instruction d’un abbé et de sa mère qui possède une vaste culture littéraire et passe tous ses temps libres au bord du littoral normand, en compagnie des pêcheurs et des paysans qui lui inspireront plusieurs de ses personnages. À 12 ans, il est envoyé au collège religieux d’Yvetot où il supporte mal les contraintes du pensionnat au milieu de condisciples « presque tous destinés au sacerdoce ».

Après la guerre de 1870 durant laquelle il est mobilisé, il entreprend une carrière de fonctionnaire, d’abord au Ministère de la Marine, puis au Cabinet de l’Instruction publique des Beaux-Arts et du Culte. Il abandonne en 1880 pour se consacrer à l’écriture. Flaubert, ami de longue date de sa mère, l’introduit dans le milieu littéraire naturaliste où il rencontre Tourgeniev, Zola et les frères Goncourt. Ses premiers essais, poèmes, contes et pièces de théâtre sont un échec et c’est avec Boule de Suif, son premier roman publié en 1880, dans l’oeuvre collective des « Soirées de Médan » et considérée comme le manifeste de l’école naturaliste, qu’il est reconnu du public. L’oeuvre est un tel succès qu’elle lui ouvre les portes du journalisme.

Maupassant écrit dans Le Figaro, Gil Blas, Le Gaulois et l’Écho de Paris et ses récits sont ensuite rassemblés sous forme de recueils. Il publie également des romans Une vie (1883), Bel ami (1885) et Pierre et Jean (1888).

Devenu célèbre, Maupassant fréquente les soirées parisiennes, mais il préfère s’adonner au canotage, sa passion depuis toujours. Il découvre Chatou et ses environs en 1873, et immortalise l’ambiance de la maison Fournaise dans plusieurs nouvelles publiées en 1880 dans le recueil intitulé « La Maison Tellier » : La femme de Paul, Mouche, Sur l’eau, Yvette. Il laisse même un poème à l’intérieur du restaurant, illustré par un chien. Mais il canote aussi à Triel-sur-Seine, où il loue, un temps, un chalet normand sur la rive droite et enfin à Poissy. Il raconte brièvement dans la nouvelle De Paris à Rouen, publiée en 1883, l’activité qui y régnait :

Poissy, célèbre pour sa maison centrale, son ancien marché aux boeufs et ses pêcheurs à la ligne. Monsieur Meissonnier habite ici, sur la gauche ; Mlle Suzanne Lagier prit plus de goujons dans ce petit bout de rivière qu’il n’y a de rosières à Nanterre. Beaucoup d’artistes dramatiques viennent chaque dimanche empaler des asticots dans ce pays.

Finalement il quitte Chatou en 1889 pour Poissy, où il fait transporter ses bateaux… « Car à Chatou, ce n’était plus tenable à cause du voisinage. Il y avait trop de demi-mondaines… »

Guy de Maupassant est, en réalité, atteint d’une syphilis qui assombrit les dernières années de sa vie. Il meurt le 6 juillet 1893, à l’âge de  43 ans.