Un verger en forêt de Sainte-Apolline

Le Département des Yvelines, propriétaire de la forêt de Sainte-Apolline située sur la commune de Plaisir, a souhaité valoriser cet espace en implantant un verger patrimonial sur une des parcelles.

Pommier © CD78 / N.Duprey

D’une dimension de 3 000 m², le verger a été imaginé sur un espace qui n’était ni boisé ni occupé. Le souhait était de pouvoir disposer d’un site avec un écosystème original et ouvert librement à tous.
Ce sont donc 19 variétés de pommes anciennes, principalement originaires d’Ile-de-France, qui ont été plantées par un pomologue (expert en fruits comestibles) mi-mars 2019.

Une initiative environnementale qui devrait porter ses fruits

Verger de pommes © Wikimedia

Un verger est un milieu créé par l’homme mais très riche en biodiversité. En effet, il accueille un grand nombre d’insectes (papillons, sauterelles, coléoptères, abeilles) qui attirent à leur tour des oiseaux, des chauves-souris,… Les pommes sont un aliment de choix pour les sangliers, les chevreuils et les blaireaux. Fouines, belettes, rapaces et renards viennent aussi chasser les rongeurs qui évoluent dans la prairie sous les pommiers. C’est donc tout un écosystème qui devrait se créer dans les années à venir et qui viendra enrichir la flore et la faune forestière de la forêt de Sainte-Apolline.

Une inauguration à dimension pédagogique !

La dimension pédagogique de ce verger s’exprimera au travers d’une action en direction des scolaires de la commune. En effet, en avril 2019, une classe de CE2 est invitée une demi-journée à découvrir le verger in-situ et sera sensibilisée à son fonctionnement.
Au programme :

  • intervention du pomologue en classe pour la présentation du cycle des végétaux ;
  • visite commentée du verger par le pomologue, en présence d’un représentant de la Mairie de Plaisir ;
  • démonstration d’une greffe et goûter sur place.

D’autres vergers à venir

Fort de ce premier bilan positif, le Département des Yvelines compte bien semer d’autres projets de ce type sur le territoire, et d’autres sites ont d’ores et déjà été identifiés pour accueillir des vergers patrimoniaux. Une belle initiative amenée à se développer.