Peau d’âne : un film culte tourné dans les Yvelines  

Sandrine GAYET

Il y a juste 50 ans, Peau d’âne, superbe conte de fées musical aux costumes inouïs et décors oniriques, voyait le jour. Saviez-vous que toute la partie villageoise du film et quelques scènes cultes ont pris corps dans les Yvelines, dans le parc du château de Neuville à Gambais ?

Cet article fait partie du dossier: 10 ans de cinéma dans les Yvelines

Il y a juste 50 ans, Peau d’âne, superbe conte de fées musical aux costumes inouïs et décors oniriques, voyait le jour. Saviez-vous que toute la partie villageoise du film et quelques scènes iconiques ont pris corps dans les Yvelines ? 

Il y a un demi-siècle. Le 20 décembre 1970, sortait dans les salles obscures: Peau d’Ane, le film de Jacques Demy, adapté du conte de Charles Perrault, mis en musique par Michel Legrand et porté par Catherine Deneuve, Jean Marais ou encore Delphine Seyrig et Jacques Perrin.

Plus de 2 millions d’entrées à sa sortie et sa programmation sur les petits écrans à chaque vacance de Noël. Il est très vite devenu un film culte grâce à l’audace de ses thèmes (inceste, complexe d’Electre, mensonges, vérité et apparences, ère hippie…) et son imaginaire fantasque.


Culte aussi pour les costumes : inoubliables robe couleur de Temps sur laquelle défilent les nuages, la robe couleur de Lune, celle couleur de Soleil lourdement incrustée et scintillante. Audaces des couleurs qu’arborent chevaux, gardes et décors. Effets spéciaux et féerie rendent ce film vraiment unique !

Une histoire qui dénonce l’inceste

L’histoire est celle du Roi Bleu (Jean Marais) qui promet à la reine mourante de n’épouser en secondes noces qu’une femme d’une beauté exceptionnelle. La seule candidate du royaume se trouve être sa propre fille (Catherine Deneuve) que le Roi décide donc épouser. La princesse demande à sa marraine, la fée des Lilas (Delphine Seyrig), d’user de ses dons pour éviter ce mariage incestueux et part se cacher dans un village, déguisée en souillon revêtue d’une peau d’âne :

Les Conseils de la Fée des lilas :

Cette chanson, durant laquelle la marraine dit à la princesse de fuir le royaume car « Mon enfant, on n’épouse jamais ses parents », introduit l’idée de résistance à l’inceste, déjà présente dans le conte de Perrault.

Tournage dans les Yvelines

Lorsque Peau d’âne prend la fuite sur les conseils de sa marraine, elle se retrouve dans une ferme. Elle vit alors dans une cabane délabrée. C’est en fait dans la ferme du château de Neuville situé à Gambais, qu’ont été tournées les scènes de vie paysanne. C’est ici qu’a été tournée l’une des scènes les plus connues du film : « le cake d’amour ». C’est aussi là qu’elle rencontre le prince rouge, et qu’ont été tournées les scènes de la clairière de la fée des Lilas.

Joyeux anachronismes

Les fantaisies de Jacques Demy surgissent dans les décors très kitschs et très colorés, inspirés du Pop Art et du mouvement « Peace and Love » de l’époque. Il y a aussi d’amusants anachronismes : la marraine a un téléphone, elle lit des poèmes des temps futurs et arrive au mariage… on ne vous dit pas comment, regardez le film !