Arts plastiques et éthologie équine au service des jeunes du TAS Saint-Germain

BenoitDesavoye

Le Territoire d’Action Sociale de Saint-Germain boucle à la fin du mois son projet pédagogique « adolescent, cheval et culture » qui fait du cheval, à travers des séances d’arts plastiques ou d’éthologie équine, un outil de socialisation pour des jeunes en proie à de gros problèmes de communication.

Faire du cheval un outil de socialisation pour des jeunes en manque de repères : le projet initié par le Conseil général des Yvelines et mené conjointement par la Direction des Territoires d’Action Sociale (DTAS), la Direction de la Culture et la mission cheval était ambitieux.

Mais force est de constater qu’après huit mois de travail, les résultats sont là. « Notre objectif était de créer une action collective sur l’année pour permettre à des jeunes repliés sur eux-mêmes, manquant de confiance en eux car dépendants aux jeux, de retrouver une certaine socialisation, explique Laëtitia Brabant-Delannoy, conseiller expert sur le Territoire de Saint-Germain et en charge du projet pédagogique « adolescent, cheval et culture ». Et on constate que ceux qui ont suivi le programme de bout en bout ont fait de vrais progrès. »

D’octobre à juin, une petite dizaine d’enfants du Territoire de Saint-Germain, en proie à de gros problèmes relationnels avec leurs parents, se sont ainsi vus proposer chaque mercredi soit une séance d’arts plastiques au musée Maurice Denis, soit une activité équestre au Haras de la Cense, spécialisée dans l’éthologie équine (ndlr : science du comportement appliquée aux chevaux).

« Grâce au cheval, avec qui ils ont développé une relation forte, certains enfants se sont ouverts aux autres et communiquent enfin entre eux, sourit Sylvie Longa, éducatrice spécialisée à l’association Les Vernes, partenaire du projet. Ils rient, s’amusent et se chamaillent ; bref, ils ont retrouvé en partie cette notion de dialogue. »

« Malgré des problèmes de concentration évidents, on a vu ces jeunes évoluer d’une séance à l’autre et s’ouvrir doucement vers l’extérieur », confirme Eric Plety, plasticien au musée Maurice Denis.

Mercredi 22 juin, cinq enfants, préadolescents et adolescents, étaient présents au dernier cours d’arts plastiques au musée Maurice Denis, à Saint-Germain-en-Laye. L’occasion de terminer leurs dernières œuvres au fusain, au pastel ou au pinceau, et de choisir celles qui pourraient être retenues pour une exposition programmée à la rentrée, où tous les Territoires d’Action Sociale du département seront présents.