« Faire pour apprendre » à la ferme-école Graines d’Avenir

Sandrine GAYET

A la ferme-école de Magny-les-Hameaux, soutenue par le Département, des jeunes de 14 à 19 ans sont formés sur trois ans au métier de maraîcher-primeur, de la production jusqu’à la vente. Un seul requis pour y entrer et décrocher le CAP Primeur et diplôme d’ouvrier de production horticole : la motivation et l’envie d’exercer un métier d’avenir, créatif et écoresponsable. Il reste des places !

Cet article fait partie du dossier: Emploi : ces secteurs qui recrutent

A la ferme-école de Magny-les-Hameaux, soutenue par le Département, des jeunes de 14 à 19 ans sont formés sur trois ans au métier de maraîcher-primeur, de la production jusqu’à la vente. Un seul requis pour y entrer et décrocher le CAP Primeur et diplôme d’ouvrier de production horticole : la motivation et l’envie d’exercer un métier d’avenir, créatif et écoresponsable. Il reste des places !

Les élèves sont en contact avec la réalité du monde professionnel : la satisfaction des clients se substitue aux notes habituellement données dans les écoles. Photo Nicolas Duprey/CD78

Maël, Jonas, Max, Jonathan, Iker, Taylan et Yoana ont 14 et 15 ans. A l’ombre d’une grange, ils remplissent les bacs de semis de graines de courge et plantent du fenouil. Une fois cette tâche accomplie, ils arpentent les serres pour observer et noter la maturation des plants de tomates, d’aubergines et de maïs. Un peu plus loin, selon la saison et les sols, poussent des patates douces, des salades, des herbes aromatiques. Ce matin-là, les adolescents font classe en plein champ avec Donatien, leur maître-professionnel spécialisé dans le maraîchage.

« Les premières semaines, c’était un peu dur car je n’avais pas l’habitude de faire des travaux manuels. Maintenant, ça va. J’adore », sourit un des élèves.

Pour un autre adolescent, l’école, ce n’était pas « son truc » comme il dit.

« J’avais envie de faire quelque chose de concret, d’utile. Le maraîchage m’apporte tout cela. J’aime ce que l’on apprend, sur la nature, l’environnement, les produits de la terre. Je suis fier de ce que l’on fait ici. On fait pousser des légumes sains que des familles mangeront. C’est super concret ça ! ».

Un écosystème innovant…qui a 100 ans !

La formation dispensée est labellisée « Ecole de Production ». Une alternative complémentaire aux filières classiques du lycée professionnel ou de l’apprentissage. « Elle se distingue par une pédagogie adaptée, fondée sur le « faire pour apprendre » avec une alternance hebdomadaire de 2/3 de pratique et 1/3 de théorie, en un lieu unique : une école entreprise », détaille David Tuchbant, cofondateur de l’école.

Ici, les apprentis maraîchers-primeurs cultivent et récoltent des fruits et légumes ou d’autres végétaux au gré des saisons. Leur futur métier allie tradition et technologies. Tout au long de la croissance des cultures, ils fertilisent les sols, arrosent les plantes et les protègent contre les maladies et les parasites. Une fois les légumes ou les plantes prêtes, ils procèdent à la récolte.

La ferme-école alimente des collèges yvelinois

Cette école associe l’agro-écologie, l’inclusion, l’insertion, l’éducation et l’alimentation locale.

« Grâce aux exercices pédagogiques réalisés à partir de vraies commandes, les élèves sont en contact avec la réalité du monde professionnel : la satisfaction des clients se substitue aux notes habituellement données dans les écoles. Les jeunes sont motivés, valorisés et se responsabilisent », explique Bruno Aimard, un des cofondateurs.

De fait, tous les mercredis, les apprentis vendent au public de beaux fruits et légumes qu’ils ont semés et cultivés. Ils préparent des étals attractifs et créatifs en jouant sur les formes et les couleurs. Ils accueillent, conseillent les clients et restent attentifs à leurs attentes.

Le Département, partenaire historique

Le Département des Yvelines est un partenaire historique de cette ferme-école. C’Midy, le prestataire départemental qui gère les cantines des collèges, se fournit ici en légumes bio pour fournir une quinzaine de cantines du territoire de Saint-Quentin-en-Yvelines. D’autres partenariats offrent aux cultures de la ferme-école de beaux débouchés : Les Fermes de Gally, La Vie Claire, Biocoop, les Comptoirs du potager de Versailles et même les Halles de Rungis !
Le célèbre chef étoilé Thierry Marx, complètement séduit par le concept, le lieu, la qualité des produits et l’enthousiasme des jeunes, a décidé d’ouvrir fin 2023, ici même à la ferme de Buloyer, un centre de formation, avec un restaurant d’application : Cuisine mode d’emploi(s). Une centaine de personnes par an sera formée.

En images, la ferme-écoleLa Ferme Ecole Graines d'Avenir à Magny-les-Hameaux