Tout faire pour sauver les commerces de proximité

NicolasThéodet

Impactés par la crise, les commerces et l’artisanat de proximité sont pourtant essentiels au dynamisme  économique des Yvelines. C’est pourquoi le Département engage près de 15 M€ afin de les soutenir financièrement et les aider à se relever des deux mois d’arrêt de leur activité. 

L’aménagement des centres-bourgs est important dans les communes des Yvelines, comme ici à Dammartin-en-Serve © CD78/N.DUPREY

Ils sont des créateurs d’emplois non délocalisables et un rouage essentiel du dynamisme économique yvelinois. Les artisans et commerçants ont pourtant fortement souffert de la crise sanitaire. La création de différents dispositifs de soutien par l’Etat, comme l’instauration du chômage partiel, du soutien à la trésorerie et de la fiscalité, ne permettent pas de répondre à toutes les situations.

« Un accompagnement adapté au territoire »

Au regard de cette situation, le Conseil départemental a voté le 26 juin dernier, la création d’un dispositif d’urgence offrant une aide de 15 M€ aux commerçants et artisans des secteurs les plus fragiles.« Le Département souhaite aujourd’hui apporter un soutien d’urgence à ces secteurs les plus fragiles. Un accompagnement spécifique, car adapté aux réalités territoriales des Yvelines, est nécessaire », explique Pierre Bédier, le président du Conseil départemental.

Durant le confinement, Isabelle, propriétaire du salon de coiffure Luna Coiff à Rambouillet, a très peu dormi: « je ne pensais qu’à rouvrir et comment reprendre mon activité. L’achat des masques, la protection des clients et des équipes, l’avenir de commerce… Tout était très angoissant ». Pour elle, cette aide est perçu comme un soulagement. « C’est un gros coup de pouce. Notre commerce a ouvert il y a 3 ans, il reste donc assez fragile. Cette aide va me permettre de survivre et je ne serai pas obligé de licencier », explique-t-elle.

« Ce dispositif est une vraie bouffée d’oxygène pour nos commerçants et artisans, qui n’ont pas été épargnés depuis le début de l’année, explique Karl Olive, maire de Poissy. Le Département a compris l’importance de s’appuyer sur les communes et intercommunalités pour agir au plus près et au plus juste des situations de chacun. C’est une nouvelle fois une initiative qui va dans le bon sens et qui permet d’épauler rapidement les forces vives de nos centres-villes».

Un soutien pour le paiement des loyers

Les restaurants sans terrasse n’ont pas pu profiter du déconfinement. © CD78/N.DUPREY

Afin d’offrir la meilleure réponse possible, cette aide sera versée par les communes et intercommunalités qui auront signé une convention avec le Département. Les collectivités locales animeront leur dispositif, instruiront les dossiers et verseront les aides. Ainsi, les commerces pourront bénéficier d’un soutien financier pour le paiement de leur loyer ou de leur emprunt immobilier pour la période du 1er mars au 31 mai 2020 dans la limite de 5 000 € au total. Pour les hôtels, restaurants et bars n’ayant pas pu rouvrir au 11 mai, l’aide se prolongera jusqu’au 30 juin pour un montant maximum de 7 000 €.

Les services du Département ont recensé au total plus de 5 150 établissements éligibles à cette aide dans les secteurs fragiles du territoire. Seront bénéficiaires, les commerces et artisans qui emploient moins de 20 salariés sur les territoires des communes conventionnées Action Coeur de Ville, les Quartiers prioritaires de la politique de la ville, ainsi que les communes de l’espace rurale des Yvelines.