« Si tu veux des dindons, mange des crêpes aux brandons »

Larédaction

Le 2 février, c’est la chandeleur. Une tradition qui remonte au temps des Romains et qui se manifeste aujourd’hui par un festin de crêpes. Mais savez-vous pourquoi on mange des crêpes ?

Osez transgresser votre régime, le 2 février c’est autorisé ! Photo Pixabay

Le nom de « Chandeleur » provient de chandelle ou candela en latin. Le 2 février est ainsi la fête des chandelles. La Chandeleur est une fête religieuse chrétienne. Elle commémore la Présentation de l’enfant Jésus au Temple de Jérusalem. Elle est fêtée le 40e jour après Noël. Cette fête s’accompagnait autrefois d’une procession avec des cierges allumés.

À l’origine une fête païenne

Sous l’Empire romain, la Chandeleur célébrait traditionnellement le dieu Pan. Toute la nuit, les croyants organisaient une descente aux flambeaux dans les rues de Rome. Cette fête païenne se christianisera peu à peu. En 472, le pape Gélase 1er décide que cette fête aura vocation à célébrer la présentation de Jésus au Temple. Dans la Bible en effet, Marie et Joseph se présentent au Temple à Jérusalem quarante jours après la veillée de Noël et procèdent au sacrifice de deux colombes, selon les préceptes révélés par Moïse. Un homme sage nommé Syméon serait entré dans le Temple et aurait reconnu la « nature divine » du nouveau-né. L’homme aurait vu dans l’enfant la « lumière » qui éclairerait les païens.

D’où vient la tradition des crêpes ?

Cette tradition serait liée à une croyance populaire selon laquelle on murmurait que la farine de l’année serait perdue si on ne faisait pas de crêpes pendant la Chandeleur. « Si point ne veut de blé charbonneux, mange des crêpes à la Chandeleur ».
Dans les villages de Seine et Oise, juste avant la Seconde Guerre mondiale, le dicton de la Chandeleur disait que si l’on voulait avoir des dindons, il fallait manger des crêpes aux brandons…pourquoi pas.
Mais d’autres traditions ont vu le jour, comme celle que vous avez peut-être testé, de tenir une pièce de monnaie dans la main (un Louis d’or traditionnellement) et de retourner une crêpe en la jetant en l’air et en faisant un voeu. Les plus superstitieux conservaient la première crêpe dans leur armoire pendant un an pour attirer la chance…personne nous a confirmé si cela marchait !

Plus on est nombreux, plus il y en a ! Photo Pixabay

Entre tradition et superstitions

Comme de nombreuses traditions, la fête de la Chandeleur est accompagnée de ses superstitions:
-si les paysans ne faisaient pas de crêpes à la Chandeleur, le blé serait mauvais l’année suivante (« Si point ne veut de blé charbonneux, Mange des crêpes à la Chandeleur »).
– les jeunes filles qui souhaitent se marier doivent faire sauter la crêpe six fois de suite sans la faire tomber. Une prouesse difficile à réaliser, mais qui leur garantira, d’après la légende, de rencontrer le fiancé idéal dans l’année.
– faire sauter une crêpe en tenant une pièce de monnaie dans la main assurera la prospérité. La crêpe était ensuite déposée sur l’armoire de la chambre, la pièce d’or placée à l’intérieur, jusqu’à l’année suivante. A la Chandeleur suivante, on récupérait le tout et l’on donnait la pièce au premier pauvre que l’on rencontrait.
– Il semblerait que pour remercier les pélerins qui se rendaient jusqu’à Rome pour y déposer leur cierge, le pape leur distribuait des crêpes…

Si vous manquez d’idées pour préparer la Chandeleur, de nombreuses recettes sur le site du marmiton

et vous pouvez aussi utiliser des ingrédients yvelinois, comme la farine bio des Moulins de Brasseuil ou de la bière made in 78 !

Article réalisé par Vianney Julien

sources : Wiki et Légendes et Folklores