Rencontres de la Sécurité 2017 : sensibiliser la population

Madeline Etienne

Tous les ans, le ministère de l’Intérieur organise les Rencontres de la Sécurité, portées par la préfecture. Cet évènement, qui a lieu le 11 octobre 2017, est l’occasion d’aller à la rencontre du public, souvent peu informé, et de le confronter à la réalité de certains dangers et des métiers de la sécurité. 

Exercices avec la brigade cynophile lors des Rencontres de la Sécurité © CD 78

Exercices avec la brigade cynophile lors des Rencontres de la Sécurité © CD 78

Plusieurs stands s’alignent les uns à côté des autres dans la Cour d’Honneur de la Préfecture de Versailles. Les enfants

chahutent pour monter sur l’une des imposantes motos de la Police Nationale et se faire prendre en photo. Chaque institution est présente et se tient à la disposition du public pour répondre à leurs questions, les informer, et faire la démonstration de ce qu’est leur quotidien. Protéger la population, une mission représentée par plusieurs corps de métier : 

  • Police Nationale (CRS, judiciaire, cynophile, etc.)
  • Police Municipale
  • Gendarmerie
  • Pompiers
  • Protection civile…

Plusieurs collèges étaient présents lors de l’évènement. Sensibiliser le jeune public aux dangers qui les entourent est une priorité pour ces équipes. La cybercriminalité est un phénomène de société auquel ils font face grâce à des outils tel que le permis internet, utilisé avec les élèves de CM2 et présenté sur les stands de la Police Nationale et de la Gendarmerie. Il permet de responsabiliser l’enfant sur son utilisation, le prévient des dangers omniprésents, et accompagne même les parents, parfois désœuvrés devant à l’ampleur de cet outil. Un questionnaire à la fin de cette formation permet de valider concrètement le permis internet, qui est remis à l’enfant sous la forme d’une carte.

Stand de la Gendarmerie aux Rencontres de la Sécurité © CD 78

Stand de la Gendarmerie aux Rencontres de la Sécurité © CD 78

Sur un autre stand, un casque de cycliste est exposé. Sa coque porte les marques de nombreuses traces de destruction dont un trou impressionnant ; l’une des conséquences qu’un accident peut provoquer pour les usagers d’un véhicule à deux roues. Ils sont les plus vulnérables – et les plus touchés – en ce qui concerne les accidents de la route. En particulier sur les autoroutes des Yvelines, notamment sur la A13, comme l’indique un agent de police. Le nombre de décès liés aux accidents de la route a augmenté de 6 personnes sur les huit premiers mois de l’année.

Cette journée est aussi une occasion d’inviter le public à découvrir des métiers souvent victimes de nombreux préjugés. « Un volontaire m’a demandé s’il fallait savoir nager pour être pompier ! » s’exclame l’Adjudant-chef Aita. Plus loin, des CRS (Compagnie Républicaine de Sécurité) font découvrir aux visiteurs des armes à feu, de corps-à-corps et autres boucliers utilisés lors des manifestations (et « qui n’arrêtent pas les balles », comme l’explique un jeune CRS à un élève de primaire). Ces objets impressionnants attirent les curieux, mais leur utilisation est loin d’être anodine, et c’est l’opportunité d’exposer toute la complexité et la responsabilité que cela implique. Un CRS sauveteur raconte qu’il n’intervient que sur la plage, et que certains de ses collègues sont spécialisés en secourisme, sauvetage en montagne ou encore escorte ministérielle.

Au cours de cette journée, de nouvelles vocations naissent et les formateurs/recruteurs ont toutes les clés pour orienter au mieux celles et ceux qui pourraient devenir leurs futurs recrues.