Prise en compte du développement durable au titre de l’éclairage public en bordure des routes départementales

BenoitDesavoye

Le Conseil général des Yvelines gère environ 7 200 foyers lumineux situés hors agglomération en bordure des routes départementales. Sur une longueur totale de 120 km de routes, ils se répartissent en 161 installations dont la consommation d’énergie génère une production moyenne d’environ 600 tonnes d’équivalent carbone par an.

Si l’éclairage public contribue au confort des déplacements nocturnes des usagers du réseau routier, les études menées en Europe confirment la neutralité de l’éclairage public en terme de sécurité routière pour les sections de route hors agglomération lorsque la circulation piétonne reste marginale. En effet, même si le confort visuel d’une route éclairée permet de mieux anticiper certains évènements, les vitesses pratiquées sans éclairage sont moindres et contribuent à l’inverse à réduire le nombre et la gravité des accidents.

Aussi, à l’instar de l’action engagée par l’Etat, le Conseil général des Yvelines a décidé de diminuer l’impact environnemental de son réseau d’éclairage en adoptant une politique de réduction et d’optimisation des installations.

Cette démarche s’inscrit dans la loi du 12 juillet 2010 dite « Grenelle 2 », portant engagement national pour l’environnement, qui invite à préserver la santé de chacun et à respecter l’environnement en prévenant les risques et en luttant contre les nuisances sous toutes leurs formes dont les nuisances lumineuses.

Dans un premier temps, l’extinction de l’éclairage public de six sections de routes départementales a été retenue à titre expérimental le 10 juin 2011 par l’Assemblée Départementale. Ces sections concernent des zones où la lisibilité nocturne ne présente pas de difficulté particulière :

  • Au sud de Villepreux sur la RD 11 ;
  • A l’ouest de Conflans-Ste-Honorine sur la RD 203 ;
  • A l’ouest d’ Orphin sur la RD 150 ;
  • A Médan et Vernouillet sur la RD 154 et Triel-sur-Seine sur la RD 1 ;
  • Entre Bailly et Noisy-le-Roi sur la RD 307 ;
  • A l’est de Mantes-la-Jolie, Mantes-la-Ville et Limay sur la RD 983.

Ces 6 sections de routes départementales sont réparties sur environ 11 km de routes départementales.

La mise en œuvre de ce dispositif interviendra au cours de l’été 2011.
Au préalable, la signalisation existante « rétro-réfléchissante » sera remise à niveau afin de maintenir les meilleures conditions de lisibilité de la route en période nocturne. Des panneaux d’information seront placés aux extrémités de la zone dont l’éclairage ne sera plus assuré.
Un suivi de ces sections de route sera assuré par les services du département, en y associant les collectivités locales et les forces de l’ordre afin de vérifier l’évolution du comportement des usagers, et notamment les vitesses pratiquées.