Anhèo Glidji : l’engagement des Yvelines au Togo

CyrilMorteveille

L’accès à l’éducation et à la formation professionnelle sont au Togo des enjeux essentiels pour le développement économique et l’amélioration des conditions de vie de la population. A Anèho, près de Lomé – la capitale du Togo – le département des Yvelines s’est engagé aux côtés de l’Etat togolais et de la ville d’Anèho, à travers la mise en place en 2013 d’un lycée d’enseignement technique et professionnel. Objectif : répondre aux besoins en ressources humaines du territoire en adéquation avec le marché du travail national. Quatre ans après l’inauguration, l’établissement tient toutes ses promesses.

Aheno1

Les lycéens d’Ahéno-Glidji en plein travaux pratiques.

C’est l’un des projets phares de la coopération décentralisée entre le département des Yvelines et Anèho. Le lycée d’enseignement technique et professionnel d’Anèho-Glidji est, depuis son inauguration le 29 janvier 2014, – par les autorités togolaises en présence de Jean-Marie Tétart, député des Yvelines représentant le Conseil Départemental des Yvelines – un pôle d’excellence, pour la formation professionnelle.

Véritable prouesse pédagogique 

L’établissement suscite depuis la première rentrée un vif intérêt chez les autorités, mais surtout chez les étudiants qui bénéficient d’une formation technique, clé d’une insertion professionnelle optimale dans deux des secteurs les plus porteurs pour l’économie de ce pays.

 » Les filières proposées au LT sont rares ici au Togo, ce sont les secteurs d’avenir et tout le bénéfice revient à notre pays, qui peut compter sur ces jeunes pour créer de l’économie et favoriser le développement « , confie Péyébiname Difewe, la proviseure de l’établissement.

Mis en place dès la rentrée 2013, les deux diplômes délivrés, en maintenance informatique et en électrotechnique, connaissent un beau succès. Dispensés par 21 professeurs, nommés par le Ministère de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, ces deux formations complètes, accessibles dès la sortie du collège, proposent des enseignements spécialisés, essentiellement tournés vers les travaux pratiques, grâce notamment aux infrastructures multiples, variées, modernes et adaptées. Un ensemble efficace qui permet une adaptation optimale et une insertion rapide sur le marché de l’emploi, en lien avec les entreprises et l’Agence Nationale pour l’emploi.

L’autre originalité, c’est l’architecture des lieux

Trois hectares de construction durable et une configuration imitant les formes paysagères traditionnelles du Togo. Un savoir-faire local mis en valeur grâce à un concours ouvert aux étudiants de l’EAMAU : l’Ecole africaine des métiers de l’architecture et de l’urbanisme.
En quatre ans d’existence, on aurait pu craindre des dégradations ; il n’en est rien. L’originalité du concept associant des matériaux locaux, naturels et la mise en forme répondant aux techniques modernes de fabrication s’intègrent parfaitement à une structure écoresponsable qui garantit notamment une ventilation et un éclairage naturel.
Actuellement considéré comme le mieux équipé du Togo, le lycée d’Anèho-Glidji est très prisé. En 2017, la première promotion a pris son envol ; 43 jeunes de 18 ans de moyenne d’âge, désormais aptes à répondre à la demande professionnelle et ainsi contribuer aux objectifs de développement économique du Togo.

Lycée Jules Ferry de Versailles, partenaire du Projet

Majoritairement financé par le Département des Yvelines, le lycée technique d’Anèho a largement bénéficié de l’appui logistique et pédagogique du Lycée polyvalent Jules Ferry de Versailles, dont l’engagement a permis de récolter 70m3 de matériel, pour l’équipement des salles de classe.
Outre la logistique, le Lycée Jules Ferry de Versailles a participé, en collaboration avec le Ministère de l’enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’industrie du Togo, à l’élaboration de la maquette pédagogique définissant le positionnement pédagogique du Lycée d’Anèho-Glidji.
Le partenariat entre les deux établissements reste d’actualité, à travers le jumelage mis en place en 2015. Des échanges interactifs en visioconférences sont fréquents ; le proviseur, le chef des travaux et des enseignants de Jules Ferry effectuent régulièrement des missions au Togo et deux groupes d’enseignants togolais se sont déjà rendus à Versailles pour se familiariser avec la pédagogie des établissements français.

Qu’en pense la proviseure ?

 » Le lycée technique d’Ahèno est une vraie satisfaction pour notre pays. Cette réalisation du département des Yvelines fait toute la différence au Togo. Aider l’Etat togolais à la formation de la jeunesse, est un acte fort. Tous les jeunes, qu’ils soient riches ou pauvres, ont aujourd’hui une chance de recevoir une formation professionnelle d’excellence. Tout cela n’aurait jamais été possible sans l’engagement et la participation active du Département des Yvelines, sans les Yvelinois ; nous leur disons MERCI. Merci pour cette coopération décentralisée qui aide grandement le Togo à construire son avenir « . Péyébiname DIFEWE, Proviseure du Lycée Technique d’Ahéno-Glidji