Les sept Présidents des Départements d’Ile-de-France unis pour la réouverture des commerces

Larédaction

Dans une lettre adressée au Président de la République, Pierre Bédier (Yvelines), Georges Siffredi (Hauts-de-Seine), Patrick Septiers (Seine-et-Marne), François Durovray (Essonne), Stéphane Troussel (Seine-Saint-Denis), Christian Favier (Val de Marne) et Marie-Christine Cavecchi (Val d’Oise), les sept Présidents des Conseils départementaux d’Ile-de-France, ont demandé la réouverture des commerces jugés non-essentiels pour le bien de l’économie locale.

Pierre Bédier, président des Yvelines, aux côtés de François Durovray, président de l’Essonne. © CD78 / N.Duprey

« C’est pourquoi nous avons l’honneur, Monsieur le Premier ministre, de vous demander de bien vouloir revoir les termes des articles du chapitre 4 du décret 2020-1310 du 29 octobre 2020. Il s’agirait de permettre aux préfets de rouvrir localement des commerces à la condition de constater le respect des mesures sanitaires en leur sein ».  C’est avec ces mots que les sept Présidents des Départements d’Ile-de-France unissent leurs voix pour s’engager auprès des commerces de proximité. Tous ont co-signés une lettre envoyée au Président de la République afin de faire valoir l’importance de la réouverture des commerces de proximité.

Les territoires en danger face aux décisions gouvernementales

Après les annonces du confinement du 28 et 29 octobre dernier, de nombreux commerces de centre-ville font face à des difficultés financières importantes, causées notamment par le premier confinement du printemps dernier. C’est pourquoi, conjointement, les élus s’accordent à demander la réouverture de ces commerces qui sont d’une importance capitale pour le tissu économique local.

« Cette mesure, « coup de tonnerre » pour le secteur culturel selon l’expression de la ministre en charge, emporte également des conséquences graves pour le tissu économique de proximité », écrivent les présidents.

Les commerces locaux et les TPE/PME représentent une manne financière conséquente pour les territoires. © CD78 / MC Rigato-Sonally

Les conséquences de la crise sanitaire impactent d’ailleurs grandement les Conseils départementaux de toute la France. En effet, « les Départements assument déjà en grande partie, pour le compte de la Nation, le choc social, en particulier concernant le versement de l’allocation du RSA qui explose depuis le début de la crise », précise la lettre. La perte de nombreuses TPE et PME serait un coup fatal à la vie des territoires qui peineraient grandement à se remettre sur pieds économiquement.

Les Départements en première ligne et prêts à lutter

Si la lettre demande avant tout de laisser la décision aux préfets, elle affirme par ailleurs que les Départements sont des institutions vitales dans la cohésion des territoires. « Les enseignements de la première vague du printemps démontrent le rôle solidaire de l’ensemble des collectivités territoriales dans le soutien à l’activité économique.(…). Nous avons l’honneur de vous demander de bien vouloir faire en sorte que les interventions des Départements auprès du secteur économique soient interprétées souplement, dans les mois à venir, par le contrôle de légalité », précise le texte.

Retrouver la lettre en entier ici