Les Restos du cœur lancent leur campagne d’hiver

CyrilMorteveille

L’association créée par Coluche en 1985 s’attend à une nouvelle hausse du nombre de repas distribués lors de la campagne d’hiver qui débute ce lundi 25 novembre et s’étalera jusqu’à la fin mars.

2902-restos-coeurLes Restos du Coeur, qui lancent leur 29e campagne hivernale, s’attendent à nouveau à une hausse du nombre des bénéficiaires et veulent trouver de nouvelles sources d’approvisionnement.

A partir de lundi 25 novembre, les 2.070 centres d’accueil vont ouvrir leurs portes quotidiennement ou au moins deux fois par semaine, jusqu’à fin mars, pour offrir des paniers repas aux Français préalablement inscrits à l’aide alimentaire.

Après 960.000 personnes aidées et 130 millions de repas servis lors de l’hiver 2012-2013, l’association créée par Coluche en 1985 a la «quasi-certitude» que le seuil symbolique du million de bénéficiaires sera atteint, la situation socio-économique ne laissant que peu d’espoir à une amélioration.

1,3 million de repas distribués dans les Yvelines

Dans les Yvelines, territoire pourtant privilégié, le nombre de repas distribués devrait également être en augmentation. « On devrait dépasser le 1,3 million de repas cette année », se désole Claude Gouin, le président de l’association départementale créée en 1996.

L’an dernier, les 24 centres de distribution yvelinois (ndlr : plus 2 dédiés aux nourrissons) ont écoulé 1.155 tonnes de produits pour venir en aide aux 4.980 familles inscrites chez nous. En tout, 12.200 personnes ont été suivies. Cette année encore, on aura besoin de tout le monde. »

Dans le cadre de sa politique de solidarité envers les Yvelinois les plus fragiles, le Conseil général a décidé d’une campagne d’attribution de subvention dans le domaine de l’aide alimentaire en allouant 400.000 euros aux différentes associations du département, dont 35.000 euros aux Restos du Cœur, à La Croix Rouge, au Secours Catholique et au Secours Populaire.

« Le Conseil général nous aide également beaucoup dans le domaine de l’insertion sociale des personnes en difficulté, conclut Claude Gouin. Car les Restos du cœur, c’est aussi énormément d’actions dans l’aide à la personne. »