Les départements franciliens investissent dans un fonds de solidarité

ChloëBringuier

Jeudi 21 mars 2019, les 7 Présidents des Départements d’Île-de-France ont lancé le Fonds de Solidarité Interdépartemental dédié au financement de projets d’investissements.  

Les départements franciliens investissent dans un fonds de solidarité © CD78/C.BRINGUIER

La création par les sept Départements du Fonds de Solidarité Interdépartementale par l’investissement (FS2i) est une initiative très innovante. C’est la première fois,  en effet, que des collectivités décident, de leur propre chef, sans intervention du législateur et de l’État, de mettre en commun une partie de leurs ressources, afin de pratiquer une politique d’investissement visant à renforcer la solidarité entre les territoires tout en réalisant des économies d’argent public.

Les départements franciliens investissent dans un fonds de solidarité © CD78/C.BRINGUIER

Doté de 150 millions d’euros annuels dès 2019, le FS2i, est administré par un conseil restreint, composé de sept présidents des Départements franciliens. Ce conseil prend ses décisions à l’unanimité. Les investissements du fonds seront consacrés à des sujets qui représentent des enjeux communs en termes d’attractivité et de service public. Il s’agit, par exemple, d’améliorer les déplacements franciliens, de renforcer les moyens de la rénovation urbaine de nos quartiers les plus délaissés; de garantir la bonne réussite des JO de 2024; ou encore, de proposer sur l’ensemble de notre territoire un dispositif de prise en charge coordonnée de l’autisme sans multiplier par sept nos investissements.

Pour l’année 2019, les plus gros investissements sur les 150 millions d’euros viennent des Hauts-de-Seine avec 62 256 800€ et des Yvelines avec 27 036 560€. Ce fonds sera alimenté annuellement par tous les Départements, en proportion de leur capacité d’investissement et de leur niveau d’épargne nette.

Cette démarche est puissante et unique, et permettra à des projets structurants de voir le jour sur chaque territoire. Les Départements des Yvelines et des Hauts-de-Seine font partie des plus gros investisseurs car, comme le rappelle Patrick Devedjian, Président du Conseil départemental des Hauts-de-Seine :

Les Départements sont solidaires, car on ne peut pas se désintéresser de ce qui se passe chez nos voisins.

Exemples de projets innovants qui seront financés dans les 7 Départements par ce fonds de solidarité inédit :

Solidarités

– La plateforme d’hébergement et de services pour personnes en situation de handicap psychique ou atteintes d’autisme (78-92)

350 adultes des départements des Hauts-de-Seine et des Yvelines sont accueillis dans des établissements spécialisés en Belgique. Le projet consiste en la création, sur le site de Bécheville du Centre Hospitalier Intercommunal Meulan-les-Mureaux, d’une plateforme de 158 places avec :

  • Un foyer d’accueil médicalisé (FAM) comprenant 66 places pour des adultes atteints d’autisme (dont 4 places en unité renforcée) et 50 places pour des adultes présentant des troubles psychiques.
  • Un service d’accompagnement médico-social pour adultes handicapés (SAMSAH) de 42 places réparties sur quatre antennes (2 dans les Yvelines et 2 dans les Hauts-de-Seine).

En parallèle, deux pôles de compétences de prestations externalisées, ainsi que des résidences d’accueil intégrées à la cité verront le jour. En file active, 300 parcours de vie seront accompagnés. 

Investissement : 31 M€

Fonctionnement : 13,3 M€

La première pierre de cet établissement sera posée d’ici fin 2019 pour une ouverture prévue fin 2020.

– Création d’un Job Bus

Le Département va lancer avant la fin 2019 le Job Bus 78. Équipé d’ordinateurs connectés il va aller à la rencontre des personnes exclues du marché du travail pour les aider dans leur démarche d’insertion. C’est aussi une manière de rompre l’isolement pour certains Yvelinois, éloignés du monde du travail et souvent sans moyen de locomotion pour se rendre dans les agences de Pôle emploi, les missions locales ou les forums emploi/formation. Le bus pourra desservir jusqu’à 22 communes rurales. Il circulera 5 jours par semaine, effectuera 32 passages par mois et pourra recevoir 8 à 12 personnes par demi journée.

Éducation

– Nouveau collège de Mantes-la-Jolie

Changer de collège, c’est possible ! Porté conjointement par le Département des Yvelines et les services de l’Éducation Nationale, un projet de nouveau type d’établissement devrait voir le jour à la rentrée 2021 dans le quartier du Val-Fourré à Mantes-la-Jolie.

D’une capacité de 600 places, le nouvel établissement regroupera sur un même site les élèves des collèges André-Chénier et Paul-Cézanne, jugés trop anciens. Totalement adapté aux besoins et à l’épanouissement des élèves, ce « collège du 21ème » s’appuiera sur quelques valeurs clés : l’enseignement dispensé sera centré sur le savoir-être, le savoir apprendre et le savoir vivre ensemble ; l’enfant sera accompagné en fonction de ce qu’il est et non pas en fonction du niveau général ; le numérique aura une place centrale dans l’individualisation du programme éducatif ; le collège sera ouvert à la vie de quartier pour que les associations et les parents soient associés au projet éducatif.

Les travaux débutent en 2019 et se termineront en 2021.

– Reconstruction et réhabilitation de collèges à Sartrouville, Trappes et Chanteloup-les-Vignes

Dans le cadre de sa politique de rénovation urbaine, le Département entend reconstruire ou réhabiliter trois autres collèges situés en quartiers sensibles.

À Sartrouville, il s’agit de reconstruire sur un nouveau terrain, un nouvel établissement en remplacement de l’actuel collège Romain-Rolland afin d’offrir de meilleures conditions d’apprentissage. Les travaux auront lieu entre 2021 et 2023. À Trappes, le Département veut reconstruire, entre 2022 et 2024, un nouveau collège sous l’emprise foncière du collège Gagarine. À Chanteloup-les-Vignes, la réfection du collège René Cassin s’incorpore dans un projet de cité éducative plus globale, qui regrouperait les écoles maternelle et primaire Roland Dorgelès, victime d’un incendie, et d’un centre de loisirs. Début des travaux en 2022 pour une durée de deux ans. 

Jeux Olympiques de Paris 2024

– Aménagement de la colline d’Élancourt

Situé au Nord d’Élancourt, dans le quartier de la Clef de Saint-Pierre, et en point culminant de l’Île-de-France (231m), la colline d’Élancourt va accueillir les épreuves de VTT des Jeux Olympiques et Paralympiques en 2024. Aujourd’hui totalement nu, cet espace naturel va devoir subir de sérieux aménagements. Un appel à projets a été lancé par le territoire de Saint-Quentin-en-Yvelines. 

Dans le cahier des charges notamment : une tribune de 3 000 places et 20 000 places debout le long de parcours. Un événement test en juin 2023.

Montant des travaux : 3 M€