La hausse des dépenses sociales inquiète le Département

BenoitDesavoye

Dans un entretien accordé au Figaro, Pierre Bédier, Président du Conseil départemental, critique la politique du gouvernement, dont le repli financier étouffe les Départements à cause de la hausse des dépenses sociales.

Bédier 2

« Nous passons notre temps à tirer la sonnette d’alarme mais personne ne l’entend », assure Pierre Bédier.

En 2015, les Département ont dû débourser de leur poche un milliard de plus que l’année précédente pour compenser le repli financier de l’Etat et assurer le règlement des dépenses sociales. Les Yvelines n’échappent pas à la règle.

Dans un entretien au quotidien Le Figaro accordé mercredi 22 juin 2016, Pierre Bédier, Président du Conseil départemental, dresse un constat inquiétant : « Depuis 2012, notre dépense du Revenu de Solidarité Active (RSA) augmente de 10 % chaque année, soit 10 M€ de plus par an », explique-t-il.

Et de poursuivre :

Nous sommes favorables à la prise en charge du RSA au niveau départemental, comme cela fut décidé par le gouvernement Raffarin, mais le rythme d’accroissement annuel est directement lié à la catastrophe économique que subit la France depuis l’élection de François Hollande. »

Un effet de ciseaux insupportable

Selon lui, l’absence de croissance produit du chômage et, donc RSA.

« Cela nous place dans une situation de très grande difficulté économique puisque, non seulement nous devons faire face à une hausse des dépenses sociales mais, en plus, le gouvernement prend de l’argent aux Départements pour pouvoir équilibrer son budget national, via la baisse des dotations (-90 % dans les Yvelines, -30 % à l’échelle nationale). C’est une double peine et un effet de ciseaux insupportable. »

Conséquence directe, de nombreux Département augmentent leur fiscalité. Dans les Yvelines, le taux de taxe foncière est passé de 7,58 % à 13,58 %.

Il y a deux ans encore, notre gestion départementale était reconnue et citée en exemple. Nous ne sommes pas devenus mauvais en vingt-quatre mois. La vraie raison est l’explosion des dépenses sociales conjuguée à la compression des aides de l’Etat. »

En plus du RSA, le Département gère notamment le versement de l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA) pour les personnes âgées – qui augmente en raison du vieillissement de la population –, ainsi que la Prestation de compensation du handicap (PCH) pour les personnes en situation de handicap.

Pierre Bédier : « Nous passons notre temps à tirer la sonnette d’alarme mais personne ne l’entend »