Jean Monnet, le père de l’Europe

Chloë Bringuier

Jean Monnet est né il y a 130 ans. Depuis, son nom est dans tous les manuels d’histoire. Jean Monnet laisse l’Europe en héritage ainsi que sa maison à Bazoches-sur-Guyonne, classée Maison des Illustres.  Il est considéré comme l’un des « pères fondateurs de l’Europe » avec Robert Schuman et Konrad Adenauer (entre autres) : Jean Monnet […]

Cet article fait partie du dossier: 10 ans d’Europe dans les Yvelines

Jean Monnet est né il y a 130 ans. Depuis, son nom est dans tous les manuels d’histoire. Jean Monnet laisse l’Europe en héritage ainsi que sa maison à Bazoches-sur-Guyonne, classée Maison des Illustres. 

Jean Monnet, le père de l’Europe © Wikimédia

Il est considéré comme l’un des « pères fondateurs de l’Europe » avec Robert Schuman et Konrad Adenauer (entre autres) : Jean Monnet est né à Cognac le 9 novembre 1888. Il travaille dans un premier lieu avec sa famille dans l’entreprise de cognac. Ce premier emploi lui permettra de voyager notamment en Angleterre et aux États-Unis : sa maitrise de l’anglais est donc parfaite, tout comme sa culture anglo-saxonne.

En 1914, la guerre éclate, Jean Monnet revient en France et se met au service de l’État. Il propose au Conseil de mettre en place un plan de coordination des ressources de guerre alliées. Il sera nommé responsable de ce plan sous le statut de haut fonctionnaire inter-allié de 1916 à 1918. Georges Clemenceau le confirmera dans ses fonctions.

En 1919, il est l’un des artisans de la création de la Société des Nations. Durant la Seconde Guerre mondiale, il plaide activement pour une mise en commun des efforts de guerre de la France et du Royaume-Uni, avant d’être envoyé par le gouvernement britannique aux États-Unis où il convainc le Président Roosevelt de relancer l’industrie de guerre américaine.

À la Libération, il est nommé commissaire au Plan, il s’agit pour lui, de remettre en marche l’appareil de production, en le modernisant et en l’adaptant au conditions du nouvel ordre mondial. Il crée la première « Europe des Six », la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA), dont il devient président de la Haute Autorité le 10 août 1952. Il travaille ensuite sur les projets de traités du Marché Commun et l’Euratom qui aboutissent au Traité de Rome, le 25 mars 1957.

Jean Monnet, le père de l’Europe © CD78/N.DUPREY

Retraite à Bazoches-sur-Guyonne

En 1963, il crée à Lausanne l’Institut de recherches historiques européennes, avant de passer les dernières années de sa vie dans sa maison d’Houjarray, à Bazoches-sur-Guyonne. Il meurt le 16 mars 1979, à 90 ans. Ses obsèques sont célébrées à Montfort-l’Amaury, en présence du Président Giscard d’Estaing et du Chancelier Helmut Schmitt. Cette maison, comme de nombreuses autres dans les Yvelines, est classée Maisons des Illustres et peut se visiter pour marcher sur les pas de Jean Monnet et apprendre sur les débuts de l’Europe et son évolution.