Intercommunalité : les élus yvelinois obtiennent gain de cause

CyrilMorteveille

L’amendement déposé par les élus yvelinois a été accepté par la commission régionale de coopération intercommunale (CRCI). Le projet d’une grande intercommunalité de 800 000 habitants a été abandonné.

Interco : grand-sqy_carte

Le projet de super intercommunalité à cheval sur deux départements a été abandonné au profit de trois agglomérations.

La Commission régionale de la coopération intercommunale (CRCI) a adopté la proposition d’amendement du Schéma Régional de Coopération Intercommunale voulue par le Conseil général et les Communautés d’Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, de Versailles Grand Parc, du Plateau de Saclay et d’Europ’Essonne.

Pour l’Etat, il s’agissait de créer une grande intercommunalité de 800 000 habitants. Les élus yvelinois ont préféré la création de 3 intercommunalités, à taille humaine, fortes et cohérentes sur leur bassin de vie et d’emploi respectifs :

  • L’extension de la Communauté d’Agglomération de Versailles Grand Parc à la commune de Vélizy-Villacoublay ;
  • La fusion de la Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines et de la Communauté de Communes de l’Ouest parisien (avec Maurepas et Coignières) ;
  • Un établissement public de coopération intercommunale essonnien.

Les deux tiers des membres de la CRCI, attentifs aux arguments avancés, ont voté pour. Le Conseil général, son Président Pierre Bédier en tête, se félicitent d’une telle décision.