Exposition : les deux visages de Luigi Castiglioni

ChloëBringuier

Les Archives départementales des Yvelines exposent pour la première fois des oeuvres du peintre-affichiste Luigi Castiglioni. Rendez-vous à Montigny-le-Bretonneux pour découvrir le travail d’un artiste sensible et engagé. 

Les deux visages de Luigi Castiglioni © CD78/C.BRINGUIER

Il y a des artistes dont peu de monde connaissent le nom et qui auraient mérité un plus grand succès, une plus grande reconnaissance : c’est le cas de Luigi Castiglioni. Italien de naissance, son coeur appartient aux Yvelines : de Vernouillet au Mesnil-le-Roi en posant ses valises à Maisons-Laffitte où sa femme vit toujours.

Castiglioni est un peintre-affichiste : drôle de mariage ! Chacune de ses affiches, sans exception, a d’abord été une peinture. L’artiste avait une technique de peinture très personnelle : il ne gardait que quelques poils de ses pinceaux pour être le plus précis possible.

Une exposition inédite

En juillet 2018, Madame Tersilia Castiglioni, veuve du peintre, fait un don de 180 oeuvres de son mari Département des Yvelines : un cadeau inestimable dans le but de faire vivre l’oeuvre de son mari.

Des affiches, des estampes et autres lithographies, le Pôle Sauvegarde et Transmission des Patrimoines de l’agence Départementale IngénierY a organisé cette exposition retraçant le travail et l’oeuvre de Castiglioni. Toutes les périodes de l’artiste sont représentées : le sport, l’actualité, le cinéma, la solidarité… Castiglioni a peint pour tous les domaines et toutes les causes. Aurore Gauthier, médiatrice culturelle nous explique :

Aucune de ses oeuvres n’a jamais été monnayée. Il les a toujours faites gratuitement quelque soit le destinataire.

La légende raconte même que le Prince Albert de Monaco possède un tableau offert des mains de l’artiste dans son bureau. Castiglioni a également peint à l’Aérographe le portrait de Gérard Depardieu en présence de l’acteur. Il a côtoyé les plus grands et malgré ses lunettes imposantes dignes d’un personnage de BD, il est presque inconnu aujourd’hui.

Au milieu des affiches exposées, Tersilia Castiglioni a prêté, le temps de l’exposition, des effets personnels de son mari : palette, peinture, pinceaux très fins, photos, objects d’inspiration… Ces souvenirs permettent aux visiteurs d’apercevoir l’homme derrière l’artiste. Cette exposition exceptionnelle permet de découvrir un artiste sensible, engagé et profond.

Les deux visages de Luigi Castiglioni © CD78/C.BRINGUIER

La deuxième vie des oeuvres

Pour faire vivre ces oeuvres au delà de l’exposition temporaire, le Pôle Sauvegarde et Transmission proposera un catalogue des oeuvres parmi lesquelles les agents du Département pourront choisir afin de les afficher dans leurs espaces de travail : une excellente idée pour éviter que ces oeuvres ne dorment au fond d’une réserve.

Si vous désirez aller plus loin dans vos connaissances, sachez que la maison de Luigi Castiglioni à Maisons-Lafitte se visite. Cette dernière se fait uniquement en groupe et sur réservation car c’est le lieu où réside Tersilia Castiglioni : au milieu des oeuvres et dans l’atmosphère onirique que son mari avait créée, de la maison jusqu’au jardin. 

L’exposition sera à retrouver du 11 au 22 septembre à l’Orangerie du Domaine de Madame Elisabeth à Versailles (du mercredi au dimanche de 11h à 20h), avec des visites commentées lors des journées du patrimoine le 21 septembre.

Du 30 avril au 6 juin 2019

Du mardi au jeudi de 9h à 17H30

Archives départementales des Yvelines – Avenue de Lunca, 78180 Montigny-le-Bretonneux

Entrée libre