Désert médical : aux grands maux les grands remèdes

SandrineGAYET

Le Département injecte 32 M€ dans la construction de maisons médicales. Il engage aussi, avec les communes et les professionnels de santé, un plan très innovant pour juguler l’hémorragie de médecins et attirer les jeunes praticiens. Quelques réalisations en cours.

Future maison médicale à Ablis/N.Duprey/CD78

Sans le traitement de choc prescrit par le Département pour lutter contre le déficit de médecins, l’accès aux soins de proximité deviendrait inégal dans le territoire.
C’est parce qu’elle est consciente du déclin de la démographie médicale que l’institution déploie une politique très offensive dans laquelle elle sera investisseur mais également, et ça c’est assez inédit en France, maître d’ouvrage. En effet, à terme, sera constitué un réseau de maisons médicales départementales pour les professionnels de santé libéraux. Ces maisons médicales seront notamment implantées dans les secteurs les plus carencés : en zone rurale et certaines villes, notamment celles ayant un Quartier Politique de la Ville.

Agir vite avec les communes et les professionnels

Si l’on veut encourager les futurs médecins à s’installer dans les Yvelines, il faut agir vite. Comment ? En équipant le territoire de structures pluridisciplinaires, les jeunes médecins ne voulant plus exercer en solo. C’est en cela que l’action du Département s’avère très attractive, pour les praticiens et les communes.

Maison médicale de Condé-sur-Vesgre. ©N.Duprey/CD78

9 maisons médicales propriétés du Département

Si une commune confie au Département la maîtrise d’ouvrage, celui-ci construit et devient propriétaire de la maison médicale. Il la met ensuite à la disposition de la commune qui en assure la gestion et le fonctionnement.

Maule, commune rurale de près de 6 000 habitants, a fait ce choix. Son centre-ville accueillera en 2021 une maison médicale territoriale. Le Conseil départemental va financer intégralement les travaux de construction. Cette maison médicale réunira 6 médecins, 3 dentistes et des professionnels du paramédical (1 ostéopathe, 1 orthophoniste, 2 infirmiers et 1 podologue). Il y aura également un laboratoire d’analyses médicales. Cette future maison de santé départementale bénéficiera à près de 13 000 Yvelinois : non seulement aux Maulois mais aussi aux habitants des communes voisines : Andelu, Aulnay-sur-Mauldre, Bazemont, Goupillières, Herbeville, Jumeauville, Mareil-sur-Mauldre ou encore Montainville.

Une maison médicale à Poissy
La Ville a confié au Département la maîtrise d’ouvrage de sa future maison médicale qui verra le jour vers 2021 dans le Quartier Politique de la Ville de Beauregard. Le Département en sera donc propriétaire, la Ville sera en charge de l’entretien, du financement des équipements et de la gestion des loyers. Le bâtiment de 400 m2 sur deux niveaux, intègrera, en plus d’un secrétariat médical, plusieurs médecins généralistes, un cabinet d’internes en lien avec l’hôpital de Poissy, et des paramédicaux (kiné, psychologue, orthophoniste, diététicien et podologue).

10 maisons médicales subventionnées

Parmi les villes qui ont choisi de réaliser leur projet en maîtrise d’ouvrage communale avec subventions départementales figurent : Bonnelles (subvention départementale de 82 600€), Aubergenville (102 000€), Carrières-sur-Seine (1,4 M€), Guerville (107 000€), Triel-sur-Seine (616 000€) ou encore Viroflay (345 000€).
Depuis l’ouverture à Bonnelles d’une petite maison médicale, élus et habitants sont ravis. Si la commune compte à peine 2 000 habitants, la maison médicale concerne plus de 5 000 personnes vivant dans villages alentours comme Bullion, La Celle-les-Bordes ou Rochefort-en-Yvelines, sans compter ceux qui traversent la « frontière » de l’Essonne… C’est pour répondre aux besoins de ce bassin de population que le Département participe à l’extension de la maison médicale pour y accroître l’offre de santé. Un nouvel étage y sera aménagé, intégrant plusieurs cabinets de consultation.

Répondre aux besoins de la population

Autre projet qui verra le jour rapidement, celui d’Aubergenville dont les travaux ont  commencé. La future maison médicale sur deux étages, accueillera à son ouverture 8 professionnels de santé : 4 généralistes, 2 sages-femmes et des paramédicaux. Carrières-sur-Seine (plus de 15 000 habitants) va bénéficier d’une enveloppe départementale de 1,4 M€ pour créer en centre-ville une maison médicale avec 6 cabinets de consultation. Elle sera située à proximité du Quartier Politique de la Ville des Alouettes. A son ouverture, le centre devrait accueillir 14 professionnels dont 3 médecins (2 généralistes et 1 gynécologue) et des professionnels de santé : 1 sage-femme, des infirmiers et des paramédicaux.

Les 19 projets programmés

Suite à l’appel à projets de « maisons médicales » lancé en 2017 par le Département, 23 candidatures ont été déposées. Le comité de sélection, composé de 6 élus, de représentants de l’ARS et des services de l’Etat, a retenu les projets de 19 communes rurales et urbaines : Ablis, Aubergenville, Beynes, Bonnelles, Bréval, Carrières-sur-Seine, Chanteloup-les-Vignes, Conflans-Sainte-Honorine, Dampierre-en-Yvelines, Epône, Guerville, Mantes-la-Jolie, Maule, Plaisir, Poissy, Saint-Arnoult-en-Yvelines, Triel-sur-Seine, Vaux-sur-Seine et Viroflay.