Cinéma : l’intouchable duo français

Chloë Bringuier

Eric Toledano et Olivier Nakache ont reçu jeudi 17 janvier 2019 un prix, rendant hommage à leur carrière à l’international. Leurs films font le tour du monde et sont appréciés par un large public. Retour sur l’enfance joyeuse d’un adolescent passionné de cinéma.  S’il fallait citer un duo de réalisateurs français, Eric Toledano et Olivier […]

Cet article fait partie du dossier: Les Yvelines au fil des arts

Eric Toledano et Olivier Nakache ont reçu jeudi 17 janvier 2019 un prix, rendant hommage à leur carrière à l’international. Leurs films font le tour du monde et sont appréciés par un large public. Retour sur l’enfance joyeuse d’un adolescent passionné de cinéma. 

Cinéma : l’intouchable duo français © Facebook @ToledanoNakache

S’il fallait citer un duo de réalisateurs français, Eric Toledano et Olivier Nakache seraient les premiers. Jeudi 17 janvier 2019, Unifrance, organisme chargé de la promotion et de l’exportation du cinéma français dans le monde, a décerné aux réalisateurs un French Cinema Award. Le ministre de la culture, Franck Riester, a tenu à rendre hommage aux deux cinéastes. En effet, depuis le début de leur carrière commune, ils ont généré 36,6 millions d’entrées et 253 millions d’euros de recettes à l’international.

Si « Nos jours heureux » (2002) et « Tellement proches » (2009) avaient déjà séduit une partie du public français en quête de comédie bien pensée ; Toledano et Nakache ont terminé de mettre tout le monde d’accord avec « Intouchables » en 2011. 19,44 millions d’entrées, classé numéro 1 au Box-Office français durant 9 semaines consécutives : Intouchables est le deuxième plus gros succès français de l’Histoire derrière « Bienvenue chez les Ch’tis ». En 2012, Omar Sy décroche le César du meilleur acteur pour ce rôle. Le film a fait le tour du monde et prochainement les Américains pourront découvrir le remake « The Upside » réalisé par Neil Burger, réalisateur habitué à la science-fiction.

Avec Toledano et Nakache, la comédie française prend tout son sens et propose des films vifs et ouverts sur le monde. Le duo rassemble toutes les générations autour d’histoires universelles. Ils ont passé l’année 2018 à sillonner le globe pour promouvoir leur dernier film en date « Le sens de la fête », qui a également connu un immense succès en France. Pour l’anecdote, « Le sens de la fête » est la comédie française ayant le plus voyagé dans le monde au cours de l’année écoulée.

Grâce à eux, le cinéma français se porte bien à l’étranger et le public leur reste fidèle film après film.

Eric Toledano, un rêveur Versaillais

Bien qu’il soit né à Paris, Eric Toledano grandit à Versailles où il passe une grande partie de son enfance qu’il qualifie « d’heureuse, chaleureuse et sympathique ». Il est scolarisé au collège Raymond Poincaré près de la gare des Chantiers à Versailles.

Eric Toledano ne cherche pas à s’échapper de la ville et y cherche ce qui lui correspond. Après l’école, alors que certains s’adonnent à des activités sportives ou à leurs devoirs, le jeune Eric file à toute vitesse vers les deux cinémas historiques de la ville : le Cyrano et le Roxane. Non loin l’un de l’autre, les deux cinémas versaillais, portant leurs noms en hommage à l’œuvre d’Edmond Rostand, sont de réelles institutions dans les Yvelines mais aussi en France. Dans les années 1960, le Cyrano accueillait même des concerts de renommée internationale comme notamment les Beatles un soir de janvier 1964.

Eric Toledano y engloutit les films comme des gourmandises auxquelles on aime revenir. Il ressent sa ville et y puise ses inspirations. Il n’est d’ailleurs pas le seul. Dans le même genre de relation, les frères Podalydès sont très attachés à la ville de Versailles.

Eric suit son chemin jusqu’au sommet que l’on connait. Aujourd’hui encore, il prend toujours grand plaisir à revenir sur ses pas d’enfants et organise les avant-premières de ses films au Cyrano ou au Roxane : c’est toujours un succès fou et ça ne risque pas de changer.

Leur prochain film « Hors normes » sortira en octobre 2019 dans les salles de cinéma françaises. Vincent Cassel et Reda Kateb se partagent l’affiche de cette dramédie auprès d’enfants autistes aux personnalités hors normes.