Amandine Mazzoni, cavalière handisport à cheval sur ses rêves

LudovicVincent

Atteinte d’une maladie neurodégénérative rare, Amandine Mazzoni rêve de participer aux Jeux paralympiques de Tokyo, en 2020, et ceux de Paris en 2024.
Amandine Mazzoni rêve des jeux paralympiques

Juchée sur sa trottinette électrique devant le box de Don Diego, Amandine Mazzoni plaisante avec Lucie Herse, sa « coach » de la Ferme de Corbet, aux Bréviaires. Deux à trois par semaine, les deux jeunes femmes se retrouvent pour des séances d’entraînement au dressage d’une demi-heure.

Je me fatigue si je monte plus longtemps et on préfère privilégier la qualité, »

explique Amandine Mazzoni, 18 ans, étudiante en première année de sociologie à l’Université de Versailles-Saint-Quentin.

Amandine Mazzoni

Depuis sa première rencontre avec un poney, à Saint-Quentin-en-Yvelines, Amandine Mazzoni nourrit une passion indéfectible pour l’équitation.

Sa passion pour l’équitation, révélée dès l’âge de 4 ans, aurait pu être contrariée à l’adolescence avec l’apparition des premiers symptômes de l’ataxie de Friedreich, la même maladie diagnostiquée chez son jeune frère (16 ans) quelques mois auparavant.

Elle nous a dit : la maladie va me prendre beaucoup, mais je n’abandonnerai pas le cheval, »

se souvient Hélène Braillard, la mère d’Amandine, qui a aussi une fille de 21 ans et un fils de 9 ans.

Malgré les déséquilibres engendrés par cette maladie qui touche ses nerfs – « C’est comme une télévision sans télécommande. Tout est là mais je ne contrôle plus mes jambes, et plus lentement mes doigts, » – Amandine est déterminée. Elle rencontre Annick Dauban, une formatrice réputée en dressage qui l’oriente vers Lucie. Les cours avec les valides, où elle était de plus en plus mise de côté, sont finis.

Don Diego confié par Alex Lutz

don diego mazzoni

Don Diego et Amandine Mazzoni en compétition.

Amandine découvre Pomme, la jument de Lucie et l’aventure commence. « On a appris ensemble, car je ne connaissais pas le handisport, et on est devenu copines, » raconte la coach qui voit désormais son élève évoluer sur Don Diego, un bel hongre confié par le comédien Alex Lutz, un autre passionné de cheval.

Je l’ai rencontré grâce à des amis et je lui ai parlé de l’association que j’ai fondée, handi cap à cheval, confie Amandine. Il m’a demandé pendant des semaines d’aller essayer des chevaux et je ne comprenais pas pourquoi. Je sais qu’un cheval coûte très cher alors j ’étais embarrassée. Mais Lucie était dans la confidence et j’ai fini par essayer Don Diego. Alex Lutz l’a acheté spécialement pour me le confier. »

La jument Pomme, plutôt spécialisée dans le concours complet, mais qui lui a tout de même permis de décrocher deux titres nationaux, sert une autre cavalière handisport débutante. Et le couple Amandine – Don Diego est désormais lancé dans une série de compétitions internationales paralympiques à travers toute l’Europe, avec les Jeux équestres Mondiaux (septembre 2018 aux USA) dans la ligne de mire la plus courte. Et Tokyo 2020 ou même Paris 2024 en perspective plus lointaine.

5 dates
  • 18 mai 1999 – Naissance à Lima (Pérou).
  • 2003 – Première séance d’équitation, sur un poney à l’Île de Loisirs de Saint-Quentin-en-Yvelines
  • 2014 – L’ataxie de Friedreich lui est diagnostiquée, une maladie neurodégénérative rare.
  • 2015 – Premier titre de championne de France handisport à Saint-Lô (Manche).
  • 2017 – Premier stage avec l’équipe de France de paradressage.