Salle comble pour l’ouverture des Assises de la ruralité

BenoitDesavoye

Le premier rendez-vous public dédié à la ruralité a rassemblé plus de 350 personnes, vendredi 6 novembre, à l’hippodrome de Rambouillet. La confirmation de l’importance du sujet aux yeux des Yvelinois des zones rurales.

Yvelines assises rambouillet

Qu’est-ce que la ruralité ? Quel est son avenir ? Quels sont les besoins et les attentes de ses habitants ? C’est pour tenter de mieux répondre à ces questions que le Conseil départemental vient de lancer une vaste consultation : les « Assises de la ruralité ».

Pour la première réunion publique, vendredi 6 novembre à Rambouillet, plus de 350 personnes se sont entassées dans la salle de l’hippodrome. Parmi eux, des Yvelinois lambdas mais aussi Gérard Larcher, président du Sénat, Sophie Primas, sénatrice des Yvelines, Pierre Bédier, Président du Conseil départemental, Christine Boutin, conseillère départementale, Georges Benize, conseiller départemental, Marc Robert, maire de Rambouillet, et de nombreux élus de petites communes.

«L’attachement du Département à la ruralité»

« Cette initiative nous montre l’attachement du Département à la zone rurale, se félicite Régine Libaude, maire d’Allainville-aux-Bois. Et dans le contexte actuel, il est bon de se sentir soutenu. »

Après la diffusion d’un film recueillant le témoignage de 100 habitants du secteur rural, plusieurs Yvelinois ont pris la parole pour donner leur vision de la ruralité, ses atouts et ses contraintes. Transports, haut-débit, emploi, logement, petite enfance, identité rurale : autant de thèmes qui ont été abordés.

Ruralité : équilibre entre ville et campagne

« La ruralité ne doit pas être synonyme d’isolement. Nous avons besoin d’un lien social et de services publics. La clé, c’est l’équilibre entre cadre de vie et développement économique », ont expliqué, en substance, les différents intervenants de la soirée.

974A5853« Nous avons senti un vrai intérêt des Yvelinois et un fort besoin de s’exprimer, se félicite Pauline Winocour-Lefèvre, Vice-présidente du Conseil départemental déléguée à la ruralité. Nous espérons une forte participation à chacune de nos réunions publiques. »

Cette phase de consultation va durer jusqu’à la fin de l’année. En janvier-février, les services départementaux analyseront tout ce qui a été dit avant une restitution en mars et l’annonce de plusieurs mesures.

« L’espace rural fait partie de l’ADN des Yvelines, conclut Pierre Bédier. C’est une richesse que nous voulons absolument préserver. Mais nous ne pourrons apporter que des réponses économiquement tenables. »

Les prochaines réunions publiques

Le débat continue en ligne : exprimez-vous !