Le 9 novembre naissait Raymond Devos, un humoriste amoureux de la vallée de Chevreuse

Larédaction

S’il est né en Belgique, Raymond Devos a toujours trouvé sa place dans la Vallée de Chevreuse. Impliqué dans la vie locale, notamment à Saint-Rémy-lès-Chevreuse, il a marqué tous ceux qui ont pu le côtoyer et continue de marquer de son empreinte la ville yvelinoise.

Il est sans aucun doute le plus yvelinois des Belges. Raymond Devos a longtemps été la figure de l’humour français. Reconnu de tous, il posa ses valises dans la vallée de Chevreuse en 1963 et resta attaché à ce territoire jusqu’à sa mort en 2006. En effet, l’artiste a profondément marqué l’histoire de Saint-Rémy-lès-Chevreuse. Engagé dans la vie associative et dans le quotidien des habitants, c’est dans dans son ancienne propriété qu’un musée lui est entièrement dédié.

Un homme profondément attaché à Saint-Rémy-lès-Chevreuses

Maison Musée de Raymond Devos © Alain Jocard/AFP

Si sa famille est originaire du nord de la France, le bien-être de la Haute-Vallée de Chevreuse lui plaît et devient son pays de cœur. C’est ici qu’il créa et écrivit ses plus grandes œuvres. Profitant du calme et des paysages verdoyants, c’était pour lui un havre de paix pour se « retrouver entre ses spectacles », explique le musée.

L’homme fut tellement attaché à Saint-Rémy-lès-Chevreuse qu’il désigna le maire de la commune yvelinoise, Guy Sautières, comme son exécuteur testamentaire. Il demanda à la mairie de faire de sa villa un lieu pour soutenir les jeunes artistes et d’en faire un musée pour faire de son travail, une œuvre immortelle. Entièrement aménagée, la bâtisse a été inaugurée en 2016 et propose une visite unique qui vous permettra de plonger dans la vie de l’artiste.

Une visite de la Vallée de Chevreuse

Le site se trouve sur l’itinéraire de la Véloscenie Paris/Le Mont Saint-Michel. L’occasion pour les plus courageux de continuer la visite dans la vallée de Chevreuse, se promener sur les remparts du château de la Madeleine, et de clôturer leur périple au cœur des ruines de l’abbaye des Vaux-de-Cernay. Ce sont ces décors qui inspirèrent Raymond Devos dans son travail pendant plus de 40 ans.