La nouvelle Maison de l’Enfance inaugurée

CyrilMorteveille

Le Président du Conseil départemental, Pierre Bédier, a inauguré, jeudi 1er octobre à Mantes-la-Jolie, les nouveaux Foyer de l’enfance et Foyer de l’adolescence, qui accueillent les mineurs confiés à l’aide sociale.

974A5090Les bâtiments ont ouvert leurs portes cet été mais ils viennent d’être officiellement inaugurés. Situés dans le quartier de Gassicourt à Mantes-la-Jolie, le Foyer de l’enfance et le Foyer de l’adolescence constituent la nouvelle Maison de l’Enfance des Yvelines (MEY).

Cette dernière a pour mission essentielle d’accueillir temporairement et de protéger les enfants qui lui sont confiés par la justice. « Ces nouveaux locaux offrent un cadre plus adapté et plus agréables que ceux qui étaient auparavant installés au Pecq et à Versailles », apprécie Patrice Lorson, directeur de l’établissement.

Il aura fallu quasiment deux ans (pose de la première pierre en novembre 2013) pour construire ces deux entités. Coût des travaux : 15 M€, entièrement financés par le Département.

La nouvelle MEY comprend aujourd’hui 68 places : 42 places pour le Foyer de l’enfance (18 en pouponnière 0-3 ans, 8 en jardin d’enfants et 16 pour le 7-12 ans) et 26 places pour le Foyer de l’adolescence. La qualité de ses infrastructures permettra de réaliser 1,4 M€ d’économies de fonctionnement par an.

« Voir ces bâtiments enfin habités après tous ces travaux, c’est vraiment beaucoup d’émotion, reconnaît Emmanuelle Colboc, l’architecte de la MAE. Nous avons accordé une grande attention à l’accueil et aux visites des familles, en proposant à celles-ci des espaces adaptés, agréables, respectant leur intimité. Favorisant ainsi leur venue, il permet une réelle prise en compte de leurs liens avec leurs enfants.»

Et Pierre Bédier, le Président du Conseil départemental et à l’origine du projet il y a onze ans lorsqu’il était maire de Mantes-la-Jolie de poursuivre :

Ce projet a toujours motivé par le fait de servir l’intérêt général. Le déménagement des sites de Versailles et Le Pecq à Mantes-la-Jolie a fait  grincer des dents quelques-uns des salariés du Département. Mais il va permettre d’offrir à ces enfants, souvent en situation de détresse, des conditions d’accueil optimales. C’est pourquoi je suis fier, heureux et honoré d’inaugurer ce lieu. J’espère qu’il fera le bonheur des enfants qui, par malheur, y entreront. »