Jean Rochefort : un passionné de cheval dans les Yvelines

Ce 9 octobre 2017 marque la disparition d’un des comédiens les plus célèbres du cinéma français : Jean Rochefort. L’acteur et le passionné d’équitation qu’il était s’est éteint à Paris.

Jean Rochefort

Jean Rochefort © DR

Une voix. Une moustache. C’est sans doute ce qui rendait Jean Rochefort si reconnaissable et inoubliable. Celui qui enchaîna les seconds rôles auprès de Belmondo avant de s’imposer comme une figure du cinéma français dès les années 1960, est décédé, cette nuit, à l’âge de 87 ans.

Connu et reconnu (quatre César de son vivant) pour ses rôles dans « Le Grand Blond avec une Chaussure Noire« , « Un Éléphant ça trompe énormément » ou « Ridicule« , l’acteur aux 113 films était aussi un fervent amoureux des Yvelines.
Possédant une propriété à Grosrouvre, c’est surtout à Auffargis que Jean Rochefort laissera une trace indélébile.

C’est dans cette commune de 2000 habitants au nord-est de Rambouillet que le comédien fit l’acquisition du Haras de Villequoy. Cette passion du cheval naquit chez lui pendant le tournage de la comédie « Cartouche » (1962) et son respect de l’animal, de son esthétique, de sa puissance, se traduisait à Villequoy dans sa manière dont il prenait soin de ses pensionnaires.
Lui-même se fit souvent palefrenier en aidant à mettre au monde une trentaine de poulains.

Pour expliquer ce que lui procurait ce havre de paix, il disait :

« Le bonheur qu’on ressent quand on voit le bien-être du cheval qui entre dans un grand box… ça n’a pas de prix. »

Lui qui attribua souvent à ses chevaux les noms de ses films et qui transmit sa passion à sa fille, se vit malheureusement interdire de remonter à cheval après une double hernie discale qui le foudroya au début des années 2000 sur le tournage inachevé de Don Quichotte.
Une interdiction qui ne l’empêcha pas de prendre souvent des nouvelles de son haras et d’être, pendant les Jeux Olympiques de 2004 et 2012 à Athènes et Londres, chroniqueur pour les épreuves équestres auprès de France 2 et Le Monde.

 

Les plus belles conquêtes de Jean Rochefort © INA