Ce qu’il faut savoir sur les chenilles processionnaires

SandrineGAYET

Elles sont de retour dans les Yvelines. Jolies et fascinantes petites bêtes mais à ne surtout pas toucher car elles sont dangereuses pour l’Homme et les animaux. Les techniciens départementaux des Espaces Naturels Sensibles sont en train de traiter les chênes et les pins touchés. 

Un cocon de chenilles processionnaires du pin. Dans les Yvelines, de nombreux chênes et pins sont touchés. © Pixabay

Elles sont assez fascinantes à observer. Leur déplacement en file indienne, en « procession » les identifie immédiatement. Mais il ne faut surtout pas les toucher. Ni même les approcher.

Les chenilles processionnaires du chêne sont vraiment nuisibles et peuvent pourrir une belle balade dans la nature.

Entre juin et mi-juillet, elles se développent dans les arbres des forêts et des parcs (surtout les chênes et les pins).

Leur prolifération affaiblit les arbres. Leurs poils, urticants et allergisants, sont responsables de réactions inflammatoires de la peau ou, plus grave, des muqueuses respiratoires

Les poils de ces chenilles présentent des propriétés urticantes et peuvent être à l’origine d’atteintes cutanées, oculaires, respiratoires ou allergiques chez les personnes exposées

indique l’Agence régionale de Santé.

Elles ravagent les chênes

Cette année, de nombreuses régions comme l’Ile-de-France, la Normandie ou le Grand-Est sont particulièrement victimes de cette invasion.

Des nids sont apparus en quelques jours. On a installé des pièges, ensuite on les brûlera

explique Pierre, technicien des espaces verts d’un village de Gally-Mauldre.

Dans le sud du territoire, des centaines de chênes criblés de nids sont en cours de traitement par les équipes forestières départementales. Ces arbres longent des chemins et présentent donc un risque pour les promeneurs.

Les chenilles du chêne sont les larves d’un papillon de nuit. Si elles peuvent rester sans s’alimenter jusqu’à l’apparition des feuilles, dès qu’elles ont commencé à se nourrir, elles ne s’arrêtent plus, mangeant le jour et s’abritant sous les branches, dans des cocons, la nuit. Leur grand nombre et leur déplacement en groupe peuvent réduire à néant les feuilles d’un chêne, leur nourriture principale.

Ces chenilles sont également nocives pour les animaux domestiques, les chevaux ou les bovins, car elles peuvent provoquer des lésions des tissus de la bouche et des nécroses entraînant la chute partielle ou totale des tissus de la langue pour les chiens.

Il est important de rester vigilant lorsque vous observez des chenilles ou leur cocon et ne jamais s’approcher des arbres où les nids sont visibles !