6 sites yvelinois labellisés « Patrimoine d’Intérêt Régional »

ChloëBringuier

En septembre 2019, la Région Île-de-France a retenu six sites yvelinois pour son nouveau label « Patrimoine d’Intérêt Régional ». Tour d’horizon de ce « petit patrimoine » qui participe à la mémoire historique du département yvelinois

Le site du petit moulin des Vaux de Cernay, labellisé en janvier 2019 © Christophe TAAMOURTE

En 2017, la Région Île-de-France lançait le label « Patrimoine d’Intérêt Régional ». Cités-jardins, moulins, gares, oeuvres, maisons… Ces sites franciliens non protégés reçoivent le label qui leur permet ensuite d’avoir accès à des aides pour de la restauration ou des aménagements facilitant l’accueil du public.

La Maison de Fer à Dampierre © Wikimédia

Ce label peut être détenu par des établissements publics ou privés. Les aides en investissement ne peuvent pas excéder 30% du montant des projets. Pour ce qui est de la valorisation et de la mise en tourisme, l’aide financière peut monter jusqu’à 20% du montant des projets.

Pour obtenir ce label, les propriétaires doivent en faire la demande. Cette dernière est alors étudiée par une commission qui tient compte de la qualité de l’architecture du bien ainsi que de son intérêt au regard de l’Histoire de l’Île-de-France.

Le programme compte actuellement 64 sites labellisés dont 8 dans les Yvelines. Pour la promotion du mois de septembre 2019, 23 nouveaux sites ont été retenus en Île-de-France dont 6 dans les Yvelines.

La gare de Versailles Rive-Droite : C’est aujourd’hui la plus ancienne gare « terminus ». Construite en 1839, la gare accueillait dans les Yvelines les trains venant de Paris. Sa façade néo-classique conservée en fait un bel édifice du début du 19e siècle. La gare de Versailles-Chantiers, construite près de 100 ans plus tard, est protégée au titre des Monuments Historiques.

La maison de fer de Dampierre : Abandonnée dans les années 1950, cette petite maison blanche a été imaginée par l’architecte Bibarios Duclos. Elle a été un modèle de maison coloniale et appartient aujourd’hui au parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse.

La gare de Villennes-sur-Seine © Wikimédia

La gare de Villennes-sur-Seine : Bâtie sur les plans de sa voisine altoséquanaise de Clamart, la gare de Villennes-sur-Seine a vu le jour en 1910. Grâce à sa verrière en façade, cette gare est l’une des seules de type « Art nouveau » en Île-de-France.

La bourse d’affrètement à Conflans-Sainte-Honorine : Nord yvelinois oblige, ce bâtiment rappelle l’activité batelière de Conflans-Sainte-Honorine. Construit en 1959, cet édifice accueillait les bureaux et les services généraux de l’office national de la navigation jusqu’en 2000.

La gare de Bougival-La Celle : Exemple typique de gare de « grande ceinture », en 1884 elle est la seule à disposer d’un château d’eau permettant d’alimenter les locomotives à vapeur.

Les oeuvres d’art urbain à Montigny-le-Bretonneux : Saint-Quentin-en-Yvelines met l’accent sur l’art et l’histoire notamment autour de la place de l’eau. L’arche bleue signée Piotr Kowalski de 20 m de hauteur, est posée au centre d’un bassin de 40 m de diamètre. L’artiste a conçu l’ensemble comprenant aussi les réverbères sur le pourtour de la place. Pour ce rond-point routier (sortie de l’autoroute), Kowalski a imaginé une œuvre à percevoir en mouvement, différemment selon le jour ou la nuit.